Retour

Des fermiers de la région veulent l'aide de Québec pour rénover leurs installations

Les agriculteurs de l'Abitibi-Témiscamingue comptent profiter du programme d'aide de 95 millions de dollars mis en place par Québec.

Un texte de Boualem Hadjouti

La somme annoncée en début du mois va servir à couvrir des frais engagés par les fermiers pour modifier leurs installations dans le but d'améliorer le bien-être des animaux d'élevage et de réduire leurs dépenses énergétiques.

Le producteur laitier Michel Robert de Saint-Eugène-de-Guigues possède des installations qui nécessitent d'être rénovées.

Il dit que le programme arrive à point nommé alors qu'il se prépare à investir plus de 2 millions de dollars pour des travaux importants dans sa ferme.

« Nous, on est constamment en recherche de façons d'améliorer le bien-être de nos animaux, dit-il. Oui, ça nous intéresse et c'est extrêmement important parce que c'est ça qui va nous permettre de continuer à améliorer notre productivité sur notre entreprise. »

Le président régional de l'Union des producteurs agricoles (UPA) se réjouit de la mise en place du programme, sachant que plusieurs agriculteurs veulent engager des travaux de rénovation.

Sylvain Vachon affirme que les producteurs ont besoin du soutien du gouvernement pour répondre à l'enjeu de l'amélioration du bien-être animal.

Toutefois, il croit que la somme allouée est insuffisante pour couvrir les besoins de tous les agriculteurs de la province concernés par le programme.

« Il faut comprendre que le gouvernement du Québec, en passant la loi sur le ben être animal, il y a beaucoup de changements par rapport aux méthodes d'élevage, etc. Donc les besoins de subvention à ce niveau-là sont immenses, et dans un premier temps, la production porcine demandait 250 millions sur 5 ans, et si on rouvre ça à d'autres productions, si on voulait répondre aux besoins de tous ces gens-là pour qu’ils puissent s'adapter à une réglementation qui a été mise en place par le gouvernement, ça va prendre plus que 95 millions », a expliqué Sylvain Vachon.

Plus d'articles

Commentaires