Retour

Des haltes routières pour faire découvrir le Haut-Pays

Plusieurs petites municipalités du Bas-Saint-Laurent unissent leur force pour développer un nouveau secteur économique : celui du tourisme. Pour attirer et retenir les visiteurs, les villages misent entre autres sur un projet d'uniformisation des haltes routières sur la route des Monts-Notre-Dame.

Un texte d’Édith Drouin

Des haltes dispersées dans plusieurs villages du Haut-Pays du Bas-Saint-Laurent pourraient devenir un réseau uniforme associé à la route touristique des Monts-Notre-Dame.

Si le projet se concrétise, les structures d’accueil des municipalités de Saint-Marcellin, de La Trinité-des-Monts, d'Esprit-Saint, de Lac-des-Aigles et de Saint-Narcisse seront rénovées. De nouvelles haltes seront aussi mises en place dans les villages de Saint-Donat et d'Auclair.

Les tables et les bancs de parc auront aussi une signature visuelle commune. Les installations comme les pavillons et les toilettes varieront toutefois d’une halte à l’autre.

Des bornes d’information seront ajoutées dans chaque halte. Elles afficheront notamment les attraits touristiques et les services à proximité.

Les bornes seront le « noyau » du projet, selon le coordonnateur de la Route touristique des Monts-Notre-Dame, André-Pierre Vignola, puisque de nombreux touristes passent sur la route 232, mais ignorent qu’il s’agit d’une route touristique.

L’uniformisation des haltes routières permettrait, selon lui, de corriger ce problème.

« Le tourisme, ça va être notre survie »

Ce phénomène, le nouveau maire de Lac-des-Aigles, Pierre Bossé, l’a d’ailleurs remarqué lorsqu’il est revenu dans la région il y a deux ans.

« Il y a quelque chose qui m’a frappé beaucoup depuis que je suis revenu, c’est la quantité de touristes qui passent sur notre route [...] et aucun touriste ne s’arrête », dit-il.

Selon lui, entre 50 et 100 motocyclistes traversent la petite municipalité chaque jour pendant la saison estivale, lorsque les conditions météorologiques le permettent.

Avec le projet d'uniformisation des haltes, le maire espère les retenir un peu pour développer le tourisme et ainsi, revitaliser son village.

Lac-des-Aigles n'est pas la seule municipalité à miser sur le tourisme.

André-Pierre Vignola, qui est aussi conseiller municipal à Saint-Marcellin, explique que plusieurs municipalités veulent faire de même. « On compte beaucoup sur la venue de touristes pour consolider les services de proximité et revitaliser nos communautés rurales », explique-t-il.

Pour ce faire, Lac-des-Aigles investit régulièrement dans sa halte routière. On y retrouve pour l’instant un belvédère avec une vue qui donne sur la municipalité et ses environs.

Le projet permettrait d'ajouter un stationnement, des toilettes et de faire de l'aménagement paysager. La municipalité a aussi entrepris des démarches pour acheter le terrain de la fabrique de l’autre côté de la rue pour en faire un observatoire.

Un espace pour touristes et résidents

À Trinité-des-Monts, le parc qui se situe au cœur du village fera aussi office de halte routière. Selon le maire, Yves Detroz, la petite municipalité a commencé à le restaurer en 2015 pour offrir un espace extérieur intéressant pour les aînés et les jeunes familles.

« On a vu que pour nos personnes âgées, il n’y avait pas grand-chose, les gens marchaient dans la rue qui était peut-être plus ou moins sécuritaire aussi. On s’est dit il faut quand même créer quelque chose pour ces gens-là. Les jeunes avaient plus ou moins d’endroits aussi pour jouer », explique-t-il.

En quelques années, la municipalité a amélioré les toilettes et construit un pavillon, installé des airs de jeux pour les jeunes et commencé le tracé d'un sentier pédestre.

Jusqu’à maintenant, 117 000 $ ont été investis, à l’aide de différents programmes. La municipalité souhaite maintenant y ajouter un stationnement et construire une réplique miniature du pont couvert rouge qui a été emporté par les glaces il y a quelques années.

Pour l’instant, Yves Detroz dit ne pas avoir observé de retombées associées à la route touristique des Monts-Notre-Dame, mais admet que sa création est encore récente et que ses effets devraient se manifester à long terme.

Cap sur l’été 2019

Le projet d’uniformisation des haltes est pour l’instant en attente de confirmation du Fonds d’appui au rayonnement des régions, un programme provincial, pour obtenir 176 000 $ des 221 000 $ nécessaires à sa réalisation. André-Pierre Vignola s’attend « à avoir des réponses positives ».

Le coordonnateur dit également avoir obtenu une confirmation de financement de 7 500 $ de la Caisse Desjardins de la Rivière-Neigette pour une éventuelle subvention. Les municipalités et la Corporation touristique de la route des Monts-Notre-Dame assumeront aussi une partie du coût.

Si tout va comme prévu, les travaux devraient commencer cet été et se terminer à temps pour la saison touristique 2019.

Plus d'articles