Retour

Des investissements étrangers records dans le Grand Montréal en 2017

Le secteur de la haute technologie, l'intelligence artificielle en tête, a amené les investissements étrangers accompagnés par Montréal International à faire un bond important, l'année dernière, pour atteindre un niveau record.

C’est ce qui ressort des résultats de 2017, annoncés vendredi par l’agence de développement économique, et qui, estime son président-directeur général Hubert Bolduc, ont permis au Grand Montréal d’offrir une performance économique « remarquable ».

Montréal International a ainsi appuyé les projets d’implantation ou d’expansion de 48 sociétés étrangères dans le Grand Montréal, pour des investissements directs étrangers de 2,025 milliards de dollars, un record. C’est une progression de plus de 50 % par rapport à 2016 et de plus de 100 % par rapport à 2015. Ces projets, qui correspondent à 15 % de la croissance économique du Québec en 2017, ont permis la création de plus de 5200 emplois directs dits « de qualité ».

M. Bolduc a aussi insisté sur les retombées fiscales de ces investissements : 200 millions de dollars pour le gouvernement du Québec, 132 millions pour le fédéral et 62 millions pour la Communauté métropolitaine de Montréal.

Des retombées « exceptionnelles », a renchéri le ministre responsable de la région de Montréal, Martin Coiteux, « qui témoignent de la bonne santé économique de notre métropole » qui « insuffle de la confiance aux investisseurs ».

De l’ensemble des investissements étrangers à Montréal, 64 % émanaient l'an passé d’Europe, 28 % des Amériques et 8 % d’Asie.

Hubert Bolduc a également souligné que Montréal est maintenant la troisième ville en importance en Amérique du Nord pour ce qui est du nombre de sièges sociaux d’organisations internationales : 65.

« Avant nous, il y a deux petites villes, Washington et New York, qui ont plus d’organisations internationales, a-t-il lancé, sourire en coin. Et c’est vachement important de continuer à travailler l’attraction et la rétention d’organisations internationales parce que ça confère à Montréal un statut de grande métropole internationale. »

Effervescence autour de l'intelligence artificielle

À l’instar des années précédentes, 2017 a vu les secteurs de haute technologie agir comme moteur économique avec des investissements totalisant environ 1 milliard de dollars. Pas moins de 11 des 48 projets touchaient l’intelligence artificielle.

La présence d’un bassin de talents de renom et hautement qualifiés a contribué à attirer dans la région les plus grands joueurs mondiaux, tels que Google DeepMind, Facebook, et Microsoft, a souligné Montréal International.

L’agence a aussi constaté qu’un nombre croissant d’entreprises des autres secteurs miseront sur l’intelligence artificielle dans les prochaines années.

Martin Coiteux a signalé que l’intelligence artificielle est « un secteur pour lequel un pôle de renommée internationale s'est consolidé chez nous grâce à des visionnaires qui ont réussi à développer un vivier de chercheurs. On voit que Montréal est devenue dans ce domaine un lieu d’effervescence et je dirais même que Montréal, en ce sens, est porteuse d’une véritable révolution. »

L’agroalimentaire et le commerce de détail ont aussi fait bonne figure, a noté M. Bolduc.

Huit missions organisées par l’organisme ont d’autre part permis à une soixantaine d’entreprises de recruter quelque 300 travailleurs étrangers qualifiés dont le salaire annuel moyen s’élève à 75 000 $.

Il faut donc contrer la pénurie de main-d’œuvre en allant chercher des « travailleurs stratégiques » à l’étranger, a dit M. Coiteux.

Le projet de rétention d’étudiants internationaux Je choisis Montréal, en collaboration avec le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), a quant à lui connu une première année fructueuse avec la tenue de 130 activités qui ont permis de rencontrer pas moins de 6800 étudiants internationaux.

Plus d'articles