Retour

Des journaux demandent l'aide de Québec pour assurer le virage numérique

Les éditeurs de plusieurs journaux du Québec se regroupent au sein d'une coalition pour exiger du gouvernement québécois la création d'un programme d'aide pour leur permettre de prendre le virage numérique.

La Coalition pour la pérennité de la presse d'information au Québec regroupe 146 journaux, dont Le Devoir, Le Soleil et Métro. Sa création a été annoncée mercredi matin dans une lettre publiée dans plusieurs quotidiens.

Ses membres souhaitent obtenir un statut d'exception culturelle, car l'industrie vit une profonde remise en question de son modèle d'affaires.

Au cours des dernières années, les médias de la coalition ont connu une hausse de leur lectorat global en raison de la multiplication des plateformes, mais leurs revenus ont diminué, notamment à cause de l'exode des investissements publicitaires vers les médias sociaux.

Selon le guide Infopresse, les revenus publicitaires numériques représentent près de 878 millions de dollars au Québec. Or, cette somme échappe largement aux médias d'ici.

La Coalition demande, entre autres, l'instauration de crédits d'impôt remboursables pour couvrir une partie des coûts des investissements numériques et de production, de même qu'une exemption de contribution payable en argent aux services de collecte sélective.

Elle réclame en outre l'abolition des taxes de vente pour les journaux vendus et une augmentation significative du budget gouvernemental en placements publicitaires dans les journaux québécois.

La Coalition croit que ses membres devraient avoir accès à des programmes semblables à ceux que reçoivent l'industrie cinématographique et l'industrie télévisuelle pour protéger des milliers d'emplois.

La coalition a observé que d'autres pays comme la Finlande, la Norvège, la Suède, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis offrent déjà des programmes d'aide à la presse écrite.

Plus d'articles

Commentaires