Retour

Des microbrasseries du Sud de l’Ontario contre-attaquent

Les microbrasseurs sud-ontariens comptent mettre sur pied une nouvelle association et veulent créer une appellation officielle pour leurs produits. Cette levée de boucliers répond au rachat de plusieurs producteurs indépendants par les géants de la bière canadienne.

Un texte de Lisa Marie Fleurent

Ils sont une dizaine de microbrasseurs de Toronto, après d'éreintantes semaines de travail, à répondre à une chaîne de courriels et à se réunir lorsque leurs horaires le permettent.

Le but de ces rencontres, qui ont commencé il y a déjà plusieurs mois, est de mettre sur pied une guilde qui représenterait les microbrasseurs indépendants.

Cette nouvelle association aura comme premier mandat de créer une étiquette. Cette désignation permettrait aux consommateurs de démêler ce qui est une « vraie bière indépendante et artisanale » de ce qui est brassé par les géants de la bière, croient les microbrasseurs sud-ontariens.

Cette nouvelle guilde devrait naître en Ontario et pourrait rassembler tous les microbrasseurs du pays, car les Canadiens ont soif de bière indépendante.

Pourquoi une guilde maintenant?

Selon les microbrasseurs rencontrés, le monde de la bière a beaucoup changé ces dernières années. Les plus petits joueurs ont de la difficulté à se tailler une place, et ce malgré les mesures adoptées par le gouvernement ontarien pour favoriser la vente de bière artisanale.

Le propriétaire de la microbrasserie Halo, Eric Portelance, est confiant qu’avec cette nouvelle association la voix des petits brasseurs sera entendue.

Notamment, elle permettrait aux plus petits joueurs de faire pression sur le gouvernement pour qu’ils puissent vendre leur produit à plus d’un endroit, affirme la copropriétaire du Folly Brewpub, Michelle Genttner.

L'exemple du Québec

À l’heure actuelle, les plus petits joueurs ne peuvent vendre leurs produits que dans leur commerce et dans quelques bars de leur quartier. Les étagères des Beer Store et des LCBO ne sont pas à leur portée.

« Ce qu’on cherche c’est accroître notre business, puis trouver plus de points de vente. Au Québec, par exemple, c’est possible de vendre dans les dépanneurs et chez des marchands privés. Ça serait intéressant pour nous, ici en Ontario », explique Eric Portelance en versant une bière en fût.

Mais l’OCB, elle?

Il existe pourtant déjà l’Association des brasseurs artisanaux de l'Ontario (OCB). Or, certains microbrasseurs préfèrent ne pas participer à cette association qui compte 82 membres. Le coût de l'adhésion serait dissuasif.

Sans se réjouir de la formation de cette nouvelle guilde, le porte-parole de l’OCB, Steve Beauchesne de la microbrasserie Beau’s, ne voit pas cela comme une trahison.

« Je pense qu’il est mieux que nous travaillions tous ensemble [...] mais, ce n’est pas une mauvaise chose si de petits groupes se forment pour faire avancer différents dossiers, cela représente ultimement un bénéfice mutuel », écrit-il par courriel.

Il rappelle toutefois que l’OCB et la seule association qui représente tous les brasseurs artisanaux de l’Ontario.

Un géant déguisé en petit

Depuis quelques temps, les gros joueurs brassicoles du Canada mettent la main sur des microbrasseries. Labatt a acheté Mill Street à Toronto et Archibald au Québec tandis que Molson Coors a acquis B.C. Granville Island ainsi que Creemore Springs Brewery.

Ce qui irrite les brasseurs indépendants dans ces transactions, c’est que le rachat est passé sous silence. C'est trompeur pour les consommateurs, selon eux.

« Souvent ce n’est pas écrit sur l’étiquette, où c’est brassé. Ça dit le nom d’une compagnie, mais ça ne dit pas que le propriétaire est une multinationale », explique Eric Portelance, propriétaire de Halo Brewery.

Il existe déjà un logo qui identifie les produits brassés par des producteurs artisanaux. Cette étiquette porte l’inscription OCB.

Toutefois, l’association ignore combien de membres apposent cette étiquette sur leur bouteilles ou canettes. D’ici l’automne, les microbrasseurs sud-ontariens espèrent avoir mis sur pied leur guilde.

Plus d'articles

Commentaires