Alors que Glencore s'apprête à cesser les opérations de sa mine Kidd Creek en 2022, Goldcorp veut reprendre celles de sa mine à ciel ouvert Dome pour une dizaine d'années.

Un texte de Jean-Loup Doudard

Le projet Century doit redonner vie à la mine à ciel ouvert Dome, et ce, pendant 10 à 15 ans. Celle-ci était en exploitation de 1995 à 2007.

L’étude préliminaire de faisabilité, qui doit être complétée d’ici l’année prochaine, révèlera les réserves d’or présentes dans le sol. Il y aurait de quatre à cinq millions d’onces d’or toujours enfouies, selon une analyse conceptuelle préliminaire.

Une fois les études faisabilité complétées, la compagnie pourra passer en phase de production. Marc Lauzier estime que cela pourrait se faire d’ici 2022 ou 2023.

Fermeture prochaine de Kidd Creek

Cette nouvelle survient alors que l’autre grande compagnie minière de Timmins, Glencore, met fin à sa mine de cuivre et de zinc, Kidd Creek. La mine a ouvert en 1966 et employait plus de 1 000 personnes en 2016.

Lors d’une réunion du conseil municipal de Timmins, le directeur général, Steve Badenhorst, a indiqué que la compagnie n’a pas trouvé de filon supplémentaire qui leur permettrait d’étendre la durée de vie de la mine.

Une industrie cyclique

À Timmins, les projets miniers s’enchaînent les uns après les autres depuis plusieurs années.

Deux mines sont sur le point d’être fermées: la mine à ciel ouvert Hollinger, prévue en 2019 et la mine Kidd Creek.

Toutefois, quatre mines sont toujours en exploitation (Dome, Hollinger, Bell Creek et Timmins West) et deux autres sont à différentes étapes de développement (projet Century, projet Bradshaw).

Le filon d’or sur lequel repose la ville a attiré une grappe d’industries minières, selon le consultant en développement communautaire à la corporation du développement économique de Timmins, Antoine Vézina. Cela a mené à une grande mobilité de l’emploi minier au sein de Timmins.

« Il y a un grand transfert de main-d’oeuvre de compagnie en compagnie dans les moments forts et les moments faibles. Ça existe depuis des décennies », explique-t-il. L’industrie minière emploie 3 474 personnes à Timmins. C'est en fait, la plus grande source d’emplois de la ville. Le secteur de la santé emploie 3 130 personnes et le commerce au détail, 3 110 personnes.

Cette abondance de main-d’oeuvre qualifiée permet de réduire les coûts initiaux de production lorsqu’un nouveau projet débute, insiste Marc Lauzier.

« Ce n’est peut-être pas un facteur primaire, mais quand on sait qu’on a un marché et une main-d’oeuvre à laquelle on peut se fier pour commencer un projet comme [le projet Century], c’est certain que ça aide avec les décisions, les calculs qu’on a à faire », d​it-il.

Plus d'articles

Commentaires