Retour

Des parcs éoliens au N.-B. joueraient un grand rôle dans un projet d’Emera

L'entreprise Emera dit avoir fait une offre concurrentielle pour livrer au Massachusetts 900 kW d'énergie de source renouvelable produite en Atlantique, principalement par de futurs parcs éoliens au Nouveau-Brunswick.

Le Massachusetts recherche de l’énergie de source renouvelable pour atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’État a lancé un appel d’offres, en mars, pour la livraison de 9,4 térawatts d’énergie verte par année.

C’est l’équivalent de toute l’électricité consommée en Nouvelle-Écosse en un an, explique Dan Muldoon, vice-président d’Emera. Quant à savoir combien d’éoliennes seraient nécessaires pour produire autant d’énergie, il dit que cela dépend de la technologie employée, de l’emplacement des parcs et des vents.

Il précise qu’un parc éolien de 30 à 50 turbines peut produire environ 100 mW. Il faudrait donc de 270 à 450 turbines pour répondre à la demande du Massachusetts.

Le projet comprendrait aussi de l’hydroélectricité, notamment celle qui devrait être produite à Muskrat Falls, au Labrador, d’ici environ trois ans.

600 km de câble sous-marin d'ici au Massachusetts

Le courant circulerait de Coleson Cove à Plymouth, ville côtière du Massachusetts, dans un câble sous-marin d’environ 600 km. Le câble serait enfoui à moins d’un mètre de profondeur. Il aurait à peu près le même diamètre qu’une bouteille de boisson gazeuse de 2 litres.

Gerald Weseen, vice-président d’Emera, estime que les travaux de construction entraîneraient la création de plus de 7000 emplois au Nouveau-Brunswick. Le tout ajouterait 1,2 milliard de dollars au produit intérieur brut de la province.

L’appel d’offres lancé par le Massachusetts se terminera le 27 juillet. Gerald Weseen s’attend à une décision à l’automne 2018. Il ajoute qu’il a hâte de passer l’étape de l’approbation environnementale.

D’après le reportage de Rachel Cave, CBC

Plus d'articles

Commentaires