Retour

Des pêcheurs du N.-B. songent à vendre le crabe des neiges au Québec

La saison de pêche au crabe des neiges n'est pas commencée, mais sur les quais, l'inquiétude est palpable en raison de certaines mesures annoncées par le ministère des Pêches et des Océans pour protéger les baleines noires. Les pêcheurs sont à la recherche de solutions et pourraient décider de vendre le crabe aux Îles de la Madeleine.

Le brise-glace Sir William Alexander tente depuis près de deux semaines de permettre l’ouverture hâtive de la pêche au crabe des neiges dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Mais partout où il passe, le temps froid referme rapidement la glace brisée.

L’ouverture hâtive de la pêche devient donc de moins en moins plausible, alors que les casiers doivent être retirés de l’eau dès le 28 avril.

« Pêches et Océans Canada (MPO) mettra en oeuvre une fermeture fixe au sein de la zone de pêche du crabe des neiges du sud du golfe du Saint-Laurent le 28 avril 2018. Lorsque cette mesure sera mise en place, la zone sera fermée à la pêche pour le reste de la saison », peut-on lire dans un communiqué.

Cette mesure vise à protéger les baleines noires dans la zone de pêche où on les voit le plus souvent. Pour l’ensemble de la zone de pêche au crabe des neiges, la fermeture aura lieu le 30 juin.

Vendre le crabe au Québec, une solution?

Puisque cette zone est particulièrement riche en crabes des neiges, les pêcheurs commencent à être inquiets. « Tout le monde est stressé puis c’est l’avenir du monde ici, dit François Paulin, homme de pont. Ça va donner plus de pêcheurs tout le tour du carré. »

Certains pensent même que cela pourrait nuire aux baleines : après le 28 avril, la zone de pêche sera réduite et tous les pêcheurs risquent de se retrouver au même endroit. Cela pourrait créer « une prison à baleines ». Même si on les aperçoit moins souvent dans cette zone, elles pourraient passer par là.

Avec cette courte saison qui s’annonce, chacun essaie de trouver des manières de s’en sortir. Certains pensent même vendre le crabe aux Îles de la Madeleine et ainsi éviter les sept heures de bateau qui séparent la zone de pêche et la Péninsule acadienne.

« Il n’y a rien d'officiel à 100 %, mais ça c'est des outils qui peuvent nous alléger un peu, explique le capitaine de bateau Sébastien Chiasson. Dans ma condition à moi, c'est faire le maximum pour assurer 100 % de mon quota. »

Un dur coup pour toute l’industrie

Si les pêcheurs vont vendre leurs crabes aux Îles de la Madeleine, cela pourrait avoir des répercussions sur toute l’industrie, notamment pour les travailleurs d’usine qui tentent de se qualifier pour l’assurance-emploi, mais pour qui la saison pourrait aussi être écourtée.

Les associations de pêcheurs sont présentement en discussion avec le gouvernement à propos de la fermeture de la zone.

D’après un reportage d’Héloïse Bargain