Retour

Des procureurs américains accusent d'ex-hauts dirigeants de Valeant et Philidor

Les deux hommes sont accusés d'avoir été impliqués dans une fraude évaluée à plusieurs millions de dollars.

Le bureau du procureur du district sud de New York a indiqué jeudi avoir procédé à l'arrestation de Gary Tanner, un ex-haut dirigeant de Valeant et Andrew Davenport, autrefois président et chef de la direction de la pharmacie américaine Philidor.

Les deux hommes font face à quatre chefs d'accusation. On leur reproche notamment d'avoir commis une fraude électronique, d'avoir conspiré en vue de commettre une fraude électronique et d'avoir conspiré en vue de blanchir de l'argent.

Les enquêteurs allèguent que les deux hommes ont conspiré en vue d'obtenir des dizaines de millions de dollars de la part de Valeant et de se partager le produit de la fraude, selon une plainte de 28 pages signée par l'agent Ryan Redel, du FBI.

Dans le document, M. Redel affirme que M. Davenport a donné à M. Tanner environ 10 millions de dollars américains en commission clandestine. La plainte fait valoir que cet argent a été blanchi par l'entremise de sociétés coquilles et provenait d'un paiement de 40 millions de dollars américains que M. Tanner avait reçu de Valeant.

Les accusés auraient utilisé les produits de leurs manigances pour acheter des résidences secondaires, rembourser des dettes et faire des investissements. M. Davenport aurait aussi dépensé 50 000 dollars américains pour se faire installer une cave à vin sur mesure, selon la plainte.

Les accusations n'ont pas été prouvées en cour.

L'avocat de M. Tanner a affirmé que son client était innocent et qu'il communiquait fréquemment avec ses patrons chez Valeant pour discuter de ses efforts pour faire croître l'entreprise.

« Aujourd'hui, il a été accusé d'un crime pour avoir fait son travail », a estimé Howard Shapiro dans un courriel. « Nous allons démontrer son innocence lors du procès. »

L'avocat de M. Davenport ne pouvait pas être joint immédiatement pour commenter la situation.

Selon la plainte, M. Davenport a évoqué, dans un échange de courriel avec M. Tanner, des images du classique du cinéma western Butch Cassidy and the Sundance Kid (« Butch Cassidy et le Kid » en version française) en disant qu'ils allaient « chevaucher au soleil couchant » ensemble.

Lors d'une conférence de presse à New York, le procureur américain Preet Bharara a indiqué que d'autres arrestations étaient possibles puisque l'enquête se poursuivait.

« Pour ce qui est d'aujourd'hui, la partie est terminée et ils ne vont pas chevaucher ensemble au soleil couchant », a déclaré M. Bahara.

La descente de Valeant

Valeant était jadis une des plus grandes entreprises canadiennes au chapitre de la valeur boursière. Mais sa réputation a pris un coup dans la dernière année en raison de la révélation de ses liens avec Philidor. Cette société de la Pennsylvanie, spécialisée dans les livraisons postales pharmaceutiques, distribuait essentiellement certains des produits de Valeant.

La pharmaceutique lavalloise avait été accusée d'avoir utilisé des pharmacies affiliées à Philidor dans le but d'accumuler des stocks, pour ensuite présenter ces transactions comme des ventes.

Valeant a rompu ses liens avec Philidor en octobre 2015, et trois mois plus tard, Philidor a mis fin à ses activités.

Dans une déclaration, Valeant a indiqué avoir appris jeudi qu'une plainte criminelle avait été déposée en lien avec Philidor et qu'elle continuait à coopérer avec les autorités à ce sujet. Valeant a indiqué que M. Tanner n'était plus un de ses employés depuis le 13 septembre 2015.

Dans la plainte contre MM. Tanner et Davenport, il est allégué que les deux hommes travaillaient secrètement ensemble pour faire la promotion des activités de Philidor en utilisant l'accès de M. Tanner aux hauts dirigeants de Valeant. M. Tanner faisait ainsi pression pour que soit adoptée une entente d'options d'achats qui a coûté près de 300 millions de dollars à Valeant et à ses actionnaires.

M. Tanner s'était fait demander par des dirigeants de Valeant s'il avait des intérêts financiers dans Philidor, ce qu'il avait nié, d'après la plainte. Il avait aussi signé le code de conduite de Valeant qui empêche les employés d'avoir des liens d'affaires ou financiers avec les fournisseurs, clients ou concurrents, poursuit le document.

Toujours selon la plainte, même après l'expression de certains doutes au sein des dirigeants de Valeant, M. Tanner a continué à faire la promotion de Philidor et a résisté aux efforts de Valeant pour conclure des partenariats avec d'autres pharmacies spécialisées.