Retour

Des règles plus sévères pour les courtiers immobiliers de la province

Le gouvernement de la Colombie-Britannique resserre les règles entourant la profession de courtier immobilier, dans l'optique de mieux protéger les consommateurs.

La Commission des institutions financières avance que les 3400 courtiers immobiliers enregistrés dans la province devront dorénavant déclarer la valeur de leur commission ainsi que tous les autres gains réalisés lorsqu'ils concluent une entente entre un client qui recherche un prêt hypothécaire et un prêteur.

Étienne Beaudoin, courtier immobilier dans la région de la métropole vancouvéroise, accueille favorablement la nouvelle.

« C'est un pas dans la bonne direction [de] divulguer nos commissions, justement parce que cela va forcer les courtiers immobiliers à très bien expliquer [à leur] client pourquoi ils recommandent une institution financière et tel produit hypothécaire, croit-il. Ils seront en mesure de voir si les banques paient un montant ou non aux courtiers. »

Cette divulgation n'était pas obligatoire jusqu'ici.

La Commission des institutions financières soutient que des cas de conflits d'intérêts ont poussé le gouvernement à exiger une plus grande transparence des courtiers immobiliers.

Ces nouvelles lignes directrices doivent entrer en vigueur le 30 juin.

Plus d'articles

Commentaires