Retour

Des taxis électriques pour aller d'une ville à l'autre en Ontario

La compagnie, E1 Transit, offre un service de transport entre les villes de London et de Toronto, et elle voudrait étendre ses opérations dans tout le sud de l'Ontario.

Un texte de Colin Côté-Paulette

Avec sa flotte composée de six Teslas, la compagnie londonienne voit grand.

« Présentement on embarque des clients en provenance de Toronto et de London jusqu'aux aéroports Pearson et Detroit Metropolitan. D'ici 40 jours, on veut étendre notre marché dans la région de Windsor, pour prendre des gens à Chatham-Kent ou Sarnia par exemple », indique le président de E1 Transit, Christopher Misch.

À la conquête de l'Ouest

Cet automne, M. Misch prévoit acquérir davantage de voitures. Il veut implanter son entreprise en Alberta et en Colombie-Britannique.

Pour environ 200 $ par voiture, par trajet, un chauffeur emmène ses clients à la ville de leur choix avec en prime de l'eau, de la nourriture et une connexion sans fil.

M. Misch compare ces trajets à un « voyage de luxe ».

« C'est qui est vraiment génial avec notre modèle d'affaires, c'est qu'il n'y a pas de coût d'essence, alors on a plus de flexibilité pour emmener les gens où ils veulent aller », soutient-il.

Les véhicules utilisés par l'entreprise sont des Teslas X, modèle avec une autonomie de 400 km pour une charge de la batterie.

Changer les mentalités

Pour l'Association des véhicules électriques de Windsor-Essex (WEEVA), ce genre d'entreprise aidera à modifier les perceptions qu'ont les habitants de la capitale canadienne de l'automobile par rapport aux voitures électriques.

« Ça va prendre plus que ça, mais ce genre d'initiative, ça va aider à ce que les gens prennent conscience que les véhicules électriques peuvent effectuer de longues distances », estime un membre de l'association, Robert Raymond.

Le gouvernement de l'Ontario travaille présentement à l'ajout de bornes de recharge sur les autoroutes principales de la province. L'administration Wynne a toutefois dépassé la date limite qu'elle s'était fixée, soit le 31 mars 2017, pour installer le tiers des 475 bornes qu'elle avait promis d'installer.

Plus d'articles

Commentaires