Retour

Des Torontois doutent de l'efficacité des mesures immobilières

Certains Torontois restent sur leur faim après le dévoilement jeudi du plan de la province pour calmer la frénésie du marché immobilier.

Un texte de Claudine Brulé

Les Ontariens ne sont pas convaincus que les mesures annoncées permettront de ralentir l'augmentation du prix des maisons.

Le ministre des Finances, Charles Sousa, et le ministre du Logement, Chris Ballard, ont participé à une table ronde à Toronto au lendemain de la publication du plan de la province pour calmer le marché immobilier de la grande région torontoise.

Ils voulaient voir ce que les résidents pensent des mesures annoncées pour freiner la flambée des prix de l'immobilier, mais aussi des loyers.

Les deux hommes ont pris note du scepticisme des participants à la table ronde quant à la possibilité que les mesures gouvernementales ralentissent la frénésie du marché immobilier de la grande région de Toronto.

Parmi les participants se trouvait David Cummings, un avocat. Lui et sa conjointe, qui est directrice adjointe, ont bien du mal à acheter une propriété.

Selon lui, un des problèmes majeurs est les spéculateurs, qui achètent des maisons et condos pour les rénover et les revendre à gros prix.

Il soutient ne pas pouvoir gagner les guerres d'enchères contre des gens qui ont plus d'argent.

La province a imposé une taxe aux spéculateurs étrangers, mais il n'y a pas de grandes mesures pour ralentir les spéculateurs d'ici.

Le ministre Sousa a dit vouloir s'assurer que les gens qui achètent des propriétés avant la construction pour les revendre avant d'en prendre possession paient les taxes comme il se doit, y compris les impôts sur le gain en capital.

Avec ces mesures, le ministre des Finances espère que le marché sera plus stable et prévisible.

Il a été questionné sur la façon dont il pourra mesurer le succès des mesures annoncées.

Ce ne sera pas dans les prix des maisons, dit-il. « La décision ultime sur la valeur de la propriété n'appartient pas au gouvernement de l'Ontario, mais plutôt aux gens qui vivent et s'installent dans la province. Les forces du marché, la demande, déterminent la valeur des propriétés. »

Si les prix de l'immobilier demeurent au niveau actuel, Amy Wehner affirme qu'elle ne pourra jamais devenir propriétaire.

Elle a aussi participé à la table ronde avec les ministres Sousa et Ballard.

Elle espère que l'inventaire de maisons et condos disponibles augmentera, ce qui pourrait influencer les prix vers le bas.

« Je crois qu'il y a un peu d'espoir dans le marché des condos, mais pour ce qui est des maisons unifamiliales, les maisons jumelées... juste le terrain vaut un million de dollars! »

Plus d'articles

Commentaires