Retour

Des travailleurs de l’ABI devancent leur départ à la retraite

Selon des données obtenues par Radio-Canada, au moins 50 employés de l'Aluminerie de Bécancour prendraient leur retraite le 1er février. Certains d'entre eux nous ont confié qu'ils auraient travaillé encore quelques mois ou même quelques années si un conflit de travail n'avait pas éclaté.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Toujours selon nos informations, avant le déclenchement du lock-out à l’ABI le 11 janvier, une vingtaine de syndiqués prévoyaient déjà prendre leur retraite le 1er février, mais depuis, plus d'une vingtaine d’autres se seraient ajoutés.

« C’est l’évaluation [des chiffres] que j’en fais, mais je n’ai pas fait de recherche exhaustive », mentionne le président du syndicat des travailleurs de l’ABI, Clément Masse.

Parmi ceux qui ont décidé de prendre leur retraite plus tôt que prévu, il y a Réjean Dumais qui prendra sa retraite le 1er février après 32 ans de services.

Âgé de 61 ans, M. Dumais est éligible à la retraite depuis quatre ans, mais si ce n’était pas du lock-out, il aurait continué à travailler à l’usine encore quelques mois.

D'ici le 1er février, il va remplir ses obligations de piquetage et il a l’intention de continuer à s’impliquer auprès de ses confrères pour la durée du conflit de travail.

Les chiffres concernant les départs à la retraite de travailleurs de l’ABI datent du 19 janvier et il se pourrait que certains travailleurs se soient ajoutés à la liste.

Selon Clément Masse, les travailleurs âgés de 57 ans avec 28 ans d’ancienneté ainsi que ceux âgés de 58 ans avec 22 ans d’ancienneté sont admissibles à une retraite sans pénalité.

D’ailleurs, M. Masse ne serait pas surpris de voir d’autres employés devancer leur départ à la retraite au cours des prochains mois puisqu’une centaine d’autres se qualifient en 2018. Bien qu’il refuse de commenter ces chiffres, Clément Masse admet qu’il peut comprendre ceux qui décident de partir plus tôt que prévu.

La direction de l’entreprise refuse de confirmer ces informations et refuse toujours de commenter la situation.

D’autres dons pour les syndiqués de l’ABI

Venus à leur tour encourager et donner leur appui aux travailleurs syndiqués de l’ABI qui sont en lock-out depuis le 11 janvier, des représentants de cinq usines de la Montérégie ont annoncé mardi matin que des dons seront remis au syndicat.

Un don de 10 000$ a notamment été remis au syndicat des employés de l’ABI par le syndicat de l’usine d’ArcelorMittal Ouest et tiendra bientôt une assemblée pour remettre une somme récurrente pendant le conflit de travail.

Un geste qui est très bien accueilli par le président du syndicat de l’ABI, Clément Masse.