Retour

Des travailleurs forestiers de la Côte-Nord manifestent leur inquiétude

Des membres du syndicat Unifor du secteur de la forêt se sont rassemblés lundi dans les bureaux de l'hôtel de ville de Baie-Comeau. Cette rencontre s'inscrit dans un plan d'action national pour rappeler l'importance du secteur forestier au pays, dans les négociations du nouvel accord du bois d'oeuvre avec les États-Unis.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Martin Dugas, représentant régional du syndicat Unifor, souligne que l’industrie forestière représente 60 000 emplois au Québec, dont 4000 sur la Côte-Nord. « On s’entend que c’est majeur », affirme-t-il.

Il souligne également que selon les échos de négociation, les États-Unis voudraient imposer un quota de 28 % sur le bois d'oeuvre, ce qui mettrait en péril une quinzaine de scieries au Québec.

Le syndicat Unifor invite le gouvernement canadien à mettre de la pression sur les Américains « pour qu’on aille un nouvel accord du bois d’œuvre qui soit équitable pour tous », ajoute Martin Dugas.

Aide gouvernementale

Yves Laflamme, premier vice-président produits du bois, approvisionnement et technologie de l'information chez Produits forestiers Résolu, veut que le gouvernement du Canada axe sa stratégie sur le libre-échange. Il appuie les mesures d’aides financières annoncées par le gouvernement fédéral à l’industrie forestière.

« S’il doit y avoir un accord, nous voulons qu’il soit basé au mérite, qu’il ne soit pas une capitulation parce que nous avons été saignés à mort financièrement », précise Yves Laflamme.

Les membres du syndicat Unifor du secteur de la forêt se sont rassemblés partout au pays, de la Colombie-Britannique à Terre-Neuve, en passant par l'Ontario et par le Québec.

D’après les informations de Laurence Royer

Plus d'articles

Commentaires