Retour

Des villes minières souhaitent un meilleur partage des redevances

Des municipalités de l'Abitibi-Témiscamingue exigent, du gouvernement du Québec, un meilleur partage des revenus liés aux redevances minières.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Elles souhaitent profiter du renouvellement du prochain pacte fiscal pour demander des modifications au partage de ces redevances.

Québec a perçu, en 2016, environ 106 millions de dollars en redevances minières, dont près de 50 millions des mines de l'Abitibi.

Une partie de l'argent sera redistribué aux municipalités du Québec.

Cet accord est en place jusqu'au renouvellement du pacte fiscal, en 2019.

« Jusqu'en 2019, le gouvernement du Québec partage avec les municipalités l'équivalent de 25 millions de dollars, à chaque année, pour qu'une partie des redevances qui sont prélevées retournent aux municipalités, alors ça c'est un système original au Canada, on est à l'avant-garde dans ce domaine », explique Christophe Krolik, professeur et titulaire de la Chaire de recherche et d'innovation Goldcorp en droit des ressources naturelles et de l'énergie à l'Université Laval.

Malartic

À Malartic, le maire Martin Ferron croit que les villes minières comme la sienne devraient recevoir une plus large part des redevances. Il évalue que sa municipalité a reçu 100 000 $ de Québec en 2016.

« On pourrait avoir une plus grande stabilité si, avant de commencer à distribuer des redevances minières, on prenait en considération que les milieux ici ont besoin de se diversifier économiquement. Parce qu'on est dans les régions plus éloignées, on n'a pas la force des grands centres comme Montréal, Québec ou Sherbrooke. On doit vraiment trouver une alternative, les redevances minières doivent être une source de revenus, mais le partage n'est pas équitable avec nos milieux », ajoute-il.

Ces demandes sont appuyées par d'autres élus de la région, comme le maire de Val-d'Or et ex-ministre des Ressources naturelles, Pierre Corbeil. Il souhaite que le gouvernement tienne compte de ces demandes lors du renouvellement du pacte fiscal.

Le partage des redevances avec les municipalités pourrait même s'inviter lors de la prochaine campagne électorale, cet automne.