Retour

Desjardins déménagera plus de 1300 employés dans la tour du Stade olympique

Vide depuis sa construction, le mât du Stade olympique de Montréal aura finalement des locataires. Le Mouvement Desjardins a signé avec la Régie des installations olympiques (RIO) une entente pour y aménager un immense centre administratif.

Un texte de Davide Gentile

Selon nos informations, entre 1300 et 1800 employés éparpillés dans la métropole y seront regroupés d'ici 2018. Des sources indiquent à Radio-Canada que six étages seront occupés par le Mouvement Desjardins.

L'entente de 15 ans serait d'une valeur de 37 millions de dollars, renouvelable pour un autre 15 ans. De plus, la coopérative devra assumer une grande partie des coûts d'aménagement.

En ce moment les étages sont vides, tout le travail de construction des bureaux reste à faire. La Régie des installations olympiques lancera bientôt les travaux d'aménagement. L'installation de toilettes, de tapis et autres équipements de base se fera d'ici 2017. Desjardins sera ensuite responsable de l'installation du matériel pour faire fonctionner le centre.

Avantages indéniables

Le stade présenterait des avantages indéniables pour Desjardins. D'abord la majorité des employés regroupés travaillent déjà dans l'est de la métropole. Le déménagement ne dévitaliserait donc pas la région. Et le stade offrirait des avantages indéniables au niveau de la sécurité, comme un approvisionnement autonome d'énergie, une donnée importante pour la stabilité des installations informatiques.

Des sources indiquent que l'entente devait être annoncée par Monique Leroux mercredi lors d'une allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Mais certains cabinets gouvernementaux impliqués dans l'affaire ont préféré reporter la nouvelle. Des sources gouvernementales indiquent que l'entente sera entérinée par le conseil des ministres fin octobre.

Pour la RIO il s'agit d'une première bonne nouvelle depuis longtemps. Les revenus sont non négligeables, mais c'est surtout l'arrivée de centaines de salariés au stade qui va s'avérer positive. L'occupation des stationnements va augmenter ce qui pourrait aussi engendrer des revenus. Et les commerces du quartier pourront profiter d'une nouvelle clientèle plus stable que les touristes, plutôt rares entre novembre et avril.

Depuis sa construction, le stade n'a jamais constitué la manne prévue à l'origine pour l'est de Montréal.

Le stade : tout un défi

La RIO cherche depuis toujours à louer les grands espaces du mât. En 2001, l'entreprise BUSAC avait lancé un projet de 44 millions de dollars, dont 20 millions en subventions de Québec. On prévoyait alors convertir le mât en complexe de bureaux. Le projet n'a jamais vu le jour et a finalement été abandonné en 2008.

L'autre grand défi de la RIO est de convaincre le gouvernement d'investir pour remplacer le toit actuel. Le gouvernement ne semble pas pressé de débourser les quelque 200 millions de dollars nécessaires dans le contexte budgétaire actuel. La ministre du Tourisme Dominique Viens mentionnait en mars qu'elle cherchait à préciser la vocation du stade avant de prendre une décision dans le cas du toit.

Plus d'articles

Commentaires