Retour

Devrait-on implanter un service de douanes à Bagotville? La situation en chiffres

L'implantation d'un service de douanes bonifié à l'aéroport de Bagotville est une revendication de plusieurs dans la région depuis des années. La Ville de Saguenay estime que la popularité des destinations soleil et le développement touristique justifient un meilleur service pour les voyageurs qui débarquent à Bagotville. Coup d'oeil sur la situation.

Chaque année, plus de 105 000 passagers utilisent les installations de l'aéroport Saguenay-Bagotville. De ce nombre, environ 10 000 personnes s'envolent pour l'étranger, majoritairement vers des destinations soleil pendant l'hiver.

Pour ces liaisons, les compagnies font habituellement une escale à Québec qui devient le point de départ dans les statistiques de vols.

« Parce que ça transite par Québec, le fédéral et les fonctionnaires avec le municipal et Québec ont dit : "bon, c'est tu vraiment des passages internationaux ou ç’en est pas. Ça fait qu'un vol qui part de Bagotville pour aller chercher des passagers à Québec, puis après ça qui s'en va à Cancún pour Bagotville, ce n'est pas considéré comme un vol international parce que c'est un vol qui part de Québec », explique le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux.

Par contre, depuis 2013, l'aéroport de Bagotville peut dédouaner des vols internationaux de moins de 30 passagers.

Cependant, il est pour l’instant impossible d’offrir le service de douanes aux passagers qui s’envolent vers des destinations soleil.

« On ne peut pas affecter un nombre très, très limité d'agents au contrôle d'un très grand nombre de voyageurs. Il faut pour une question de sécurité, santé, de protection et d'application de la loi, […] il faut qu'il y ait une présence suffisante pour traiter ce nombre de voyageurs là », explique Dominique McNeely, conseiller en communications de l’Agence des services frontaliers du Canada.

Implanter un service permanent

Pour ce qui est de l'implantation d'un service permanent de douanes comme il en existe à Québec et Montréal, la barre est haute. Le gouvernement fédéral analyse les dossiers sur des critères très précis.

Des douanes permanentes nécessitent un minimum de 50 000 passagers internationaux chaque année, ce qui est loin d'être le cas à Saguenay.

Il faut cependant mentionner que des exceptions existent au Canada. Par exemple, six mois par année, l'aéroport de Comox en Colombie-Britannique peut dédouaner son unique vol hebdomadaire en provenance du Mexique, qui compte 150 passagers.

D’après le reportage de Frédéric Tremblay

Plus d'articles

Commentaires