Retour

Diarrhée porcine : la pire année pour le Manitoba

L'année 2017 a été difficile pour l'industrie porcine manitobaine, victime de la diarrhée épidémique porcine (DEP). Un nombre record de porcs a été touché par une souche très virulente du DEP en provenance des États-Unis.

Un texte de Marie-Lise Mormina

C’est la pire épidémie, tous animaux confondus, à avoir touché l’industrie agroalimentaire au Manitoba dans les dernières années, confirme Glen Duizer, épidémiologiste et vétérinaire au Bureau du vétérinaire en chef (CVO) d’Agriculture Manitoba.

Avec 80 troupeaux atteints et plus d’un million de porcs placés en observation, selon Agriculture Manitoba, les répercussions se font faites sentir partout dans le sud-est de la province.

HyLife, une des plus grandes entreprises de l’industrie porcine au Manitoba, en a ressenti les conséquences, estime son président Claude Vielfaure.

La maladie avait causé la mort de millions de porcs aux États-Unis, il y a quelques années, occasionnant une montée des prix de cette viande. Bien que la situation au Manitoba n’a pas atteint ces sommets, l’industrie manitobaine demeure inquiète.

La maladie provoque des vomissements et des diarrhées chez l'animal, menant vers une déshydratation. Les effets peuvent être mortels, spécialement auprès des porcelets.

Les impacts de la crise au Manitoba ne sont pas encore connus, dit Glen Duizer, mais la mort de porcelets peut avoir des conséquences graves sur un troupeau et la production en général.

Il est difficile d’éradiquer cette maladie qui se propage rapidement, il n’y a pas de médicaments et les quelques vaccins existants ont une efficacité limitée, explique l’expert de la province.

Il n’y a pas une cause spécifique responsable de cette éclosion, dit M. Duisez. Il faut plutôt regarder un ensemble de circonstances, selon lui, à commencer par le fait que la province est un des plus grands producteurs de porcs au pays. Il y a ainsi plus de chance de contamination.

Le Manitoba exporte également un grand nombre de porcs vivants vers les États-Unis, ce qui explique en partie la virulence du DEP dans la province, selon Claude Vielfaure.

Malgré les mesures d’hygiène, le transport demeure une cause importante d'éclosions du DEP, ajoute l’expert Glen Duizer.

M. Vielfaure estime que sur le 5 millions de porcs vivants exportés au sud de la frontière, 3 millions proviennent du Manitoba. Les échanges commerciaux avec les Américains étant plus nombreux, cela augmente la propagation de la maladie.

L’heure est au nettoyage

Maintenant que la situation est sous contrôle, dit M. Duizer, l'industrie procède au nettoyage et à la désinfection des fermes pour éradiquer la maladie. « Tout le monde travaille très fort pour s’assurer qu’on se débarrasse de ce virus-là », ajoute Claude Vielfaure.

L’année 2018 est à peine commencée que déjà l’industrie porcine se mobilise et prend les précautions nécessaires pour prévenir une nouvelle éclosion du DEP au printemps.