Retour

Dieselgate : l'ancien PDG de Volkswagen poursuivi aux États-Unis

Les autorités américaines ont engagé jeudi des poursuites judiciaires contre Martin Winterkorn, ex-PDG de Volkswagen, et cinq autres dirigeants du groupe automobile allemand accusés de s'être entendus pour faire installer un logiciel destiné à fausser les mesures d'émissions polluantes de certains modèles.

Ils « ont sciemment et délibérément commis une fraude » pour contourner les lois américaines en matière de pollution, peut-on lire dans des documents judiciaires déposés devant un tribunal de Détroit.

M. Winterkorn, alors chef de la direction du groupe, avait démissionné peu de temps après que le scandale des véhicules polluants eut été dévoilé aux États-Unis, en septembre 2015.

Volkswagen a reconnu avoir installé sur 11 millions de voitures diesel de ses marques VW et Audi un logiciel visant à fausser les résultats des mesures d'émissions polluantes.

Martin Winterkorn s'était d’ailleurs excusé en septembre 2015, au nom de sa compagnie, pour avoir « brisé le lien de confiance avec ses consommateurs et le public ».

Depuis, le constructeur automobile a entamé des négociations dans plusieurs pays du monde pour dédommager les propriétaires concernés.

En décembre dernier, Volkswagen affirmait que le scandale lui avait coûté près de 30 milliards de dollars américains, dont plus des deux tiers de cette somme aux États-Unis.

Pas la première condamnation

En décembre dernier, Oliver Schmidt, citoyen allemand et ex-dirigeant de Volkswagen, a été condamné à purger une peine de sept ans de prison aux États-Unis.

M. Schmidt avait plaidé coupable à des accusations de fraude et de complot.

L'homme de 48 ans, qui a été responsable du bureau d'études environnementales et techniques du constructeur allemand en banlieue de Détroit, devra aussi s’acquitter d’une amende de 400 000 $ US. Il a en outre accepté d'être expulsé du pays à la fin de sa peine d'emprisonnement.

En août, un ex-ingénieur de Volkswagen, James Liang, avait aussi été condamné par un tribunal de Détroit à 40 mois de prison et 200 000 $ US d'amende pour son rôle dans l'affaire.

Plus d'articles