Retour

Diminution du déficit anticipé au Nouveau-Brunswick

Sa dernière mise à jour faisait état d'un déficit anticipé d'environ 260,5 millions de dollars et dans le budget, on parlait de 247 millions.

Si le chiffre a baissé, c'est que les revenus ont été plus élevés que prévu ces derniers mois. On attribue cela en grande partie à une augmentation des transferts fédéraux, notamment via le Programme d’aide financière en cas de catastrophe pour des tempêtes et des inondations. En tout, les recettes sont supérieures de 25,9 millions de dollars à ce qu’on avait prévu.

Cela compense également les pertes de revenus connues chez Énergie Nouveau-Brunswick.

Il s’agit d’un équilibre difficile à atteindre, mais nous croyons que nous obtenons des résultats. Votre gouvernement a mis en place un plan, et ce plan fonctionne.

Cathy Rogers, ministre des Finances du Nouveau-Brunswick

On a également connu une légère augmentation des revenus grâce à la taxe sur le tabac et les recettes provenant de la Société des loteries de l'Atlantique.

Les dépenses prévues, elles, dépasseront de 10,4 millions de dollars ce qui était prévu. Ces dépenses additionnelles sont attribuables aux « nouveaux programmes fédéraux d’infrastructure » entre autres. Bien qu'on puisse penser que ces enveloppes représentent une entrée d'argent, c'est plutôt que la province doit le dépenser dans des sphères très précises.

L'augmentation des recettes a donc permis de pallier la hausse générale des dépenses.

« [...] La semaine dernière encore, Statistique Canada a indiqué que, pour l’année 2015, le Nouveau-Brunswick a connu sa plus forte croissance économique depuis 2004. Il y a de quoi se réjouir. Cependant, nous reconnaissons qu’il reste beaucoup à faire pour atteindre nos objectifs financiers et économiques. », a souligné Mme Rogers, rappelant que la province avait réussi à diminuer son déficit de plus de 50 % en deux ans.