Retour

Distillerie Port Royal à la conquête du marché ontarien

Une distillerie néo-brunswickoise a le vent dans les voiles, mais la Distillerie Port Royal croit que sa croissance pourrait être plus forte encore avec un coup de pouce du gouvernement provincial.

Cette distillerie, dont le produit vedette est la vodka Snow Fox, à Moncton, vend dans les trois provinces maritimes et bientôt, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Une percée en Ontario

Mais plus important encore, elle s’apprête à faire une percée dans le marché ontarien, nous apprend son président, Marc LeBlanc.

« On est très positif qu'au mois d'octobre, on devrait pénétrer le marché de l'Ontario. Tu regardes le marché de l'Ontario, ils ont 800 à 1000 détaillants dans la province, ici on en a une centaine. Donc c'est vraiment incroyable », lance-t-il, enthousiaste.

De la production de 14 000 caisses par année, la Distillerie Port Royal pourrait passer à 100 000.

« Présentement, on a cinq employés à temps plein, une dizaine occasionnels. Juste le marché de l’Ontario représenterait de 20 à 25 emplois à temps plein chez nous » précise-t-il.

Exporter, une nécessité

Pour croître, Distillerie Port Royal n’a pas d’autre choix que de déborder le Nouveau-Brunswick. Le marché y est limité, mais surtout, les bénéfices sont bien plus importants ailleurs.

« Au Nouveau-Brunswick, on reçoit 57 $ la caisse, on a un quote price de l'Ontario à 74 $ [...]. Disons que je serais en Nouvelle-Écosse, en train de produire en Nouvelle-Écosse, je recevrais de 110 $ à 120 $ la caisse. C'est une grosse différence, mais n’oublie pas, c'est une marge qu’Alcool NE ne reçoit pas », explique-t-il.

Un régime plus généreux en N.-É.

En plus d'avoir réduit ses marges de profit sur les produits alcoolisés locaux - surtout pour ceux qui utilisent des ingrédients locaux - la régie des alcools de la Nouvelle-Écosse a aussi réduit le prix des permis.

« Ç’a été un win-win. Ils ressentent le développement économique au niveau de l'investissement que la Nouvelle-Écosse est en train de faire. L'explosion des [microdistilleries] en est la preuve, on voit qu'il y a une croissance dans l'industrie. »

À l’opposé, Alcool NB se réserve la marge parmi les plus élevées au pays sur la vente des produits de ses distilleries locales. « On a des pourparlers avec Alcool NB et le gouvernement du Nouveau-Brunswick pour voir s’il y a quelque chose qui pourrait être fait pour aider à développer notre industrie », affirme M. LeBlanc.

Une croissance qui se poursuit

Une oreille sympathique du gouvernement néo-brunswickois permettrait à la Distillerie Port Royal d’accélérer son expansion. Après l'Ontario, elle veut conquérir les marchés de l'Ouest canadien.

Marc Leblanc discute également avec des acheteurs aux États-Unis et a embauché un employé pour prospecter le marché américain.

Même si elle se lance à la conquête de la planète, la Distillerie Port Royal a l’intention de continuer à produire sa vodka à Moncton.

D'après un reportage de Nicolas Steinbach

Plus d'articles

Commentaires