Retour

Donald Trump au pouvoir : les conséquences de sa présidence en Saskatchewan

L'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche a mené à la montée de plusieurs tensions entre le Canada et les États-Unis, selon le politologue Daniel Béland. L'une d'elles concerne la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

La position du président Trump sur l’ALENA fait partie des facteurs ciblés par le politologue qui expliquent la détérioration des relations entre le Canada et les États-Unis au cours de la dernière année.

« On est en train de renégocier l’ALENA, et ça crée beaucoup d’anxiété dans les milieux d’affaires et parmi la classe politique », soutient le politologue et titulaire de la chaire de recherche du Canada en politiques publiques à l’École Johnson Shoyama de l’Université de Regina, Daniel Béland, en entrevue à l’émission Point du Jour, lundi matin

L’ALENA concerne plusieurs secteurs de l’économie, y compris l’agriculture et l’énergie, explique-t-il. En Saskatchewan, environ 60 % des exportations sont dirigées vers le marché américain.

Une priorité politique

« Je pense que la priorité du prochain premier ministre de la province devrait être encore une fois de défendre l’ALENA face à nos partenaires américains », croit M. Béland.

L’un des candidats à la chefferie du Parti saskatchewanais succédera au premier ministre Brad Wall le 27 janvier.

« Le prochain premier ministre devra aller aux États-Unis, parler aux gouverneurs des états voisins pour les convaincre de faire pression sur l’administration de Donald Trump et sur les élus du Congrès », opine-t-il.

En mars 2017, le premier ministre Brad Wall est allé défendre les mérites de l’ALENA aux États-Unis.

Si M. Béland ne pense pas que cette seule visite a eu un effet important aux États-Unis, il croit toutefois que le travail de plusieurs premiers ministres provinciaux et fédéraux peut faire une différence.

« Il faut travailler ensemble pour essayer de convaincre les Américains que l’ALENA, c’est important, dit-il. [C'est une chose] qu’on peut l’améliorer, mais qu’il ne faut pas le détruire. »

Des changements en 2018?

L’année 2018 pourrait toutefois amener des changements à la gouvernance de Donald Trump.

« Il y a beaucoup d’incertitudes, croit M. Béland. Déjà, il y a l’enquête de M. Mueller, qui a d’importantes ramifications pour le président. »

« Il y a aussi, et ça c’est très important, les élections de mi-mandat au début novembre, qui vont avoir un impact important si les démocrates prennent contrôle soit de la Chambre des représentants, soit du Sénat, ou des deux. Ça va complètement changer la donne, parce que ça va limiter de façon importante les pouvoirs de Donald Trump à cause du système de séparation des pouvoirs aux États-Unis. »

Plus d'articles