Retour

L'art de négocier son salaire à l'embauche

Ça y est: une proposition d'emploi! Après des semaines, voire des mois à chercher, on peut être tenté d'accepter sur-le-champ, sans négocier. Erreur!

Voici comment et quand négocier son salaire à l'embauche.

1. Préparez-vous

Faites vos recherches sur l'entreprise et le type d'emploi qu'elle offre. Vous aurez une meilleure idée de ce que vous pouvez tenter d'obtenir et sur quels fronts négocier. Votre marge de manœuvre sera plus faible si l'entreprise a une convention collective avec une échelle salariale bien établie. La rémunération par bonis est toutefois pratiquée dans la moitié des entreprises privées, selon l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, ce qui vous permet d'aller chercher davantage.

2. Prenez un temps de réflexion 

Enfin, l'offre est tombée! Qu'elle soit alléchante ou un peu décevante, demandez un certain temps pour y réfléchir, question de vous préparer à la contre-attaque. La plupart des personnes ont peur de demander ce temps de réflexion, de crainte que l'offre soit retirée, mais cela se produit rarement, selon Ellis Chase, coach de carrière et auteur du livre In Search of The Fun Forever Job. Une seule journée vous permettra d'évaluer la situation à tête reposée.

3. Mettez-vous en valeur

Pour obtenir le salaire désiré, il faut convaincre votre interlocuteur que vous le méritez. Mettez en valeur vos réalisations et préparez votre argumentaire à ce sujet. Vous devez démontrer, sans être arrogant, que vous êtes indispensable à cette entreprise. Deepak Malhotra, professeur à la Harvard Business School, explique qu'il faut aussi aider votre interlocuteur à convaincre son propre supérieur, en identifiant les points de négociation où l'entreprise sera plus flexible.

4. Demandez toujours 

Qui n'essaie rien n'a rien, c'est bien connu. Demandez toujours un salaire plus élevé que celui offert, tout en le justifiant. Il dira peut-être oui d'emblée. Si la réponse est négative, votre interlocuteur sera probablement ouvert à l'idée de négocier un autre point, par exemple le bonus ou les vacances payées, à condition qu'il soit convaincu de votre valeur.

5. N'oubliez aucun aspect 

Dans une négociation salariale, il n'y a pas que l'argent qui compte. Dressez vos priorités concernant les autres aspects de votre travail: vacances payées, possibilité de télétravail, horaire flexible, bonis, cotisations au régime de pension, etc. Partir à 16 h chercher vos enfants à la garderie est peut-être plus important pour vous qu'un salaire de 5 000 $ de plus. Ne laissez rien de côté, au risque de faire échouer la négociation si vous apportez un point non discuté sur la table au moment de conclure l'entente.

6. Alternez les questions faciles et difficiles

Mettez d'abord votre interlocuteur à l'aise avec des questions aisées, comme le matériel informatique utilisé, puis passez à une question plus délicate sur le salaire. Sans sauter du coq à l'âne, cette technique cautionnée par Ellis Chase permettra de ne pas focaliser l'enjeu sur le seul point qui vous tient absolument à cœur. En ayant l'air de faire une concession ailleurs, vous pourriez obtenir plus sur un point en fait très important à vos yeux.

7. Consignez le tout par écrit 

La règle d'or: une fois l'entente conclue, n'oubliez pas d'écrire le tout, afin d'éviter les mauvaises surprises lorsque vous commencerez votre nouveau travail!

Par Audrey Neveu

Commentaires