Retour

Droits compensateurs : Hamilton, Sault-Sainte-Marie et Windsor épargnées pour l’instant  

La ville de Sault-Sainte-Marie dans le Nord-Est de l'Ontario peut respirer un peu mieux, alors que mercredi le conseiller du président Trump Peter Navarro a confirmé un surcis pour le Canada et le Mexique. C'est que cette ville dépend de son aciérie en terme d'économie et d'emplois.

Un texte de Caroline Bourdua avec les informations de Joël Ashak

À elle seule, l’aciérie de Sault-Sainte-Marie compte plus de 2700 employés.

« C’est certain que si ces droits compensateurs passent, il y aura des conséquences très négatives pour l’industrie de l’acier à Sault-Sainte-Marie », a expliqué le président de de la chambre de commerce de Sault-Sainte-Marie Rory Ring.

Selon lui, Algoma représente 41 % du produit intérieur brut et si l’on calcule les emplois indirects comme les fournisseurs, ce chiffre monte à 61 %.

Légitimité

Le professeur de marketing et de gestion de l’Université Laurentienne Jean-Charles Cachon croit pour sa part que la démarche américaine de vouloir imposer des droits compensateurs est fondée sur des plaintes déposées par les petites usines d’acier aux États-Unis.

« La Chine vendrait certains produits d’acier à moins de la moitié du prix du coût réel de production aux États-Unis. Dans ce cas-là, les Américains seraient justifiés d’imposer des droits compensateurs », estime-t-il.

Selon M. Cachon, même si ces plaintes visent aussi le Canada, elles concernent des types d’acier bien particulier et ce ne sont pas toutes les usines qui seraient nécessairement touchées.

De plus, il explique que tant que les accords internationaux comme l’ALENA sont en vigueur, toute décision d’imposer des droits compensateurs doit passer devant des tribunaux avant d’être appliquée.

La semaine dernière, les chambres de commerce de Sault-Sainte-Marie, Hamilton et Windsor-Essex ont exhorté Justin Trudeau de se montrer ferme dans ce dossier.

Elles demandent également au premier ministre canadien de renforcer les contrôles de produits aux frontières pour éviter le dumping, c’est-à-dire le passage de produits qui inonderaient le marché canadien et casseraient les prix.

Le principal concerné sera d’ailleurs de passage à Hamilton et à Sault-Sainte-Marie mardi prochain.

C’est pour rencontrer les travailleurs de l’acier et témoigner de sa solidarité en cette période d’incertitude que Justin Trudeau entreprend cette tournée.

Plus d'articles