Hinton, petite municipalité à 300 km à l'ouest d'Edmonton, pourrait devenir le premier endroit au Canada chauffé par l'énergie géothermique issue d'un puits gazier abandonné.

Le projet est dirigé par le géologue Jonathan Banks de l’Université de l’Alberta, en partenariat avec Epoch Energy. Le géologue souhaite utiliser l’eau chaude située à cinq kilomètres sous la surface de la Terre pour chauffer une douzaine de bâtiments du centre-ville d’Hinton.

Le coût du projet est estimé à 10,2 millions de dollars et serait rentabilisé sur 16 ans confirme le maire de la municipalité, Rob Mackin. La municipalité a également demandé une aide financière de 1,2 million de dollars à la province.

Selon Jasmin Raymond, professeur au Centre Eau Terre Environnement et titulaire de la Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du Nord à l’INRS, comme le projet ne nécessite pas de forage, il peut être rentable.

« Si le puits est situé très près d’utilisateurs potentiels il y a une bonne chance de développer, d’implémenter la technologie à faible coût. »

Toutefois, il souligne que réutiliser un puits pétrolier comporte sa part de risque, notamment celui de fuite ou de contamination de l’eau. L’inspection du puits est nécessaire afin d’éviter l’écoulement de fluides dans les nappes phréatiques environnantes.

Jasmin Raymond est d’avis que malgré les risques, à long terme, le passage à l’énergie géothermique est la meilleure solution pour réaliser une réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

D’ailleurs, si le projet de transformation va de l’avant, Hinton pourrait réduire de 3795 tonnes ses émissions annuelles de CO 2.

Plus d'articles

Commentaires