Retour

Du saumon transgénique dans l’assiette des Canadiens

Cinq tonnes de saumon génétiquement modifié ont été distribuées dans les supermarchés canadiens depuis un an. Il est toutefois impossible de savoir où il est vendu, puisqu'il n'est pas étiqueté comme tel.

Le saumon AquAdvantage a approuvé pour la consommation humaine par Santé Canada et l’Agence canadienne d’inspection des aliments en mai 2016. On a appris mardi que depuis un an, il est vente dans certaines épiceries et restaurants au pays. On ignore quels commerces sont les acheteurs du poisson transgénique et à quel moment les ventes ont été réalisées.

Les consommateurs canadiens n’ont donc aucun moyen de savoir s’ils ont acheté et cuisiné du saumon génétiquement modifié puisque le produit n’est pas étiqueté comme tel. En fait, l’étiquetage des organismes génétiquement modifiés n’est pas obligatoire au Canada.

Rendre l’étiquetage obligatoire

Le saumon génétiquement modifié ne représente aucun risque pour la santé selon le gouvernement canadien.

Pour Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques agroalimentaires de l’université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, l’étiquetage devrait être obligatoire.

« Dans le fond, ce [dont] on a besoin au Canada, c’est d'un règlement d’étiquetage obligatoire qui permettrait aux consommateurs de faire un choix judicieux et éclairé. En fait, dès qu’un produit contient un ingrédient génétiquement modifié, on devrait forcer le transformateur à étiqueter le produit [comme tel]. »

Certaines chaînes, dont Sobeys et Loblaws, ont déjà annoncé qu’elles ne comptaient pas vendre le saumon transgénique.

Le saumon AquAdvantage est le premier animal génétiquement modifié à se retrouver sur les tablettes d'épiceries dans le monde.

Du saumon de l’Atlantique

Les oeufs du saumon transgénique de la compagnie américaine AquaBounty sont produits dans un centre piscicole de l’Île-du-Prince-Édouard, mais sont élevés au Panama.

Le saumon de l’Atlantique est modifié afin de favoriser une croissance rapide lors des premiers stades de sa vie. L’entreprise utilise un gène de l’hormone de croissance d’un saumon du Pacifique lui permettant d’atteindre la taille adulte en 16 à 18 mois au lieu de 30 mois.

Selon un reportage de Marilyn Marceau.

Plus d'articles

Commentaires