Retour

Elle vend sa voiture, et ça finit par lui coûter 5000 $

Si vous utilisez une procuration pour le transfert des immatriculations lors d'une vente de voiture, ça peut vous coûter cher. Une jeune femme l'a appris à ses dépens.

Un texte de Nancy Desjardins à La facture

Au Québec, les ventes de voitures usagées sont à la hausse. En 2013, plus de 850 000 automobiles ont changé de propriétaire. La transaction peut être banale, sans histoire pour certains. Mais pour Amélie Thibodeau-Carrillo, l'aventure a tourné au cauchemar.

En 2013, la jeune fille de 23 ans vend sa Honda Civic 1999 - remisée depuis deux ans - à Gérémy Desnoyers.

Avant que l'acheteur ne prenne possession de la voiture, la jeune femme déménage à Gatineau. Comme elle ne pourra pas être présente pour le transfert des immatriculations au bureau de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), elle signe une procuration trouvée sur le site Internet de la société d'État. Cette procuration permet à l'acheteur d'effectuer le transfert de propriété sans que la jeune femme soit présente.

La voiture encore à son nom

Deux ans plus tard, les policiers frappent à sa porte et l'informent que la Honda Civic 99 conduite par Gérémy Desnoyers est impliquée dans un accident de la route, et qu'elle est tenue pour responsable des dommages, puisque la voiture est toujours à son nom.

Amélie Thibodeau-Carrillo. Photo : ICI Radio-Canada

C'est à ce moment qu'elle découvre que l'acheteur de sa voiture conduisait en état d'ébriété, sans assurances, avec une fausse plaque d'immatriculation. Gérémy Desnoyers n'a pas effectué le transfert de propriété, malgré la procuration signée par Amélie Thibodeau-Carrillo.

Selon Mario Vaillancourt, de la SAAQ, l'utilisation d'une procuration peut entraîner de lourdes conséquences.

Payer ou perdre son permis de conduire

Les assureurs de la voiture emboutie par Gérémy Desnoyers lui réclament plus de 8400 $. Si elle ne paie pas, la SAAQ suspendra son permis de conduire, puisque la voiture était en circulation sans assurance responsabilité.

Après une négociation serrée, l'assureur accepte un règlement de 4000 $. Amélie Thibodeau-Carrillo peut ainsi éviter la perte de son permis de conduire, mais la fourrière municipale où sa Honda Civic a été remorquée lors de l'accident lui réclame plus de 1500 $ en frais de remisage.

Amélie Thibodeau-Carrillo à la fourrière. Photo : ICI Radio-Canada

Joint par téléphone, Gérémy Desnoyers reconnaît ses torts et promet de tout lui rembourser. Pour l'instant, la jeune femme n'a toujours pas reçu d'argent. Pour s'en sortir, elle a cédé le droit de propriété de sa voiture et l'a abandonnée à la fourrière municipale.

Une histoire qui lui a coûté près de 5000 $ pour une vente qui devait lui rapporter 500 $.

Elle poursuit Gérémy Desnoyers à la Division des petites créances de la Cour du Québec.

Plus d'articles

Commentaires