Retour

La Vérif : pourquoi Québec a-t-il tant d’argent à redistribuer à quelques mois des élections?

Les dépenses annoncées dans le budget de Carlos Leitao mardi sont en hausse de 4,5 % par rapport au budget précédent. Alors que l'austérité a marqué les premières années du gouvernement Couillard, comment se fait-il que les milliards de dollars sont maintenant disponibles, quelques mois avant les élections provinciales?

L’opposition crie aux promesses électoralistes. « C’est un feu d’artifice de dépenses dans l’année préélectorale. Trois ans de compression, un an de bonbon: c’est le système libéral », a réagi Jean-François Lisée, le chef du Parti québécois. Le chef de la CAQ déplore que le gouvernement libéral procède à du « rattrapage » en remettant de l’argent là où il en avait coupé.

Donc, qu'est-ce qui explique cette soudaine volonté de dépenser?

Durant les deux premières années de son mandat, le gouvernement libéral a appuyé très fort sur les freins des dépenses.

En effet, si l’on compare avec les dépenses du gouvernement Marois, la croissance des dépenses est passée de 4,7 % en 2013-2014 à 1,4 % puis 1,1 % dans les deux premiers budgets du gouvernement Couillard.

Cette période d’austérité avait provoqué une grogne notamment dans les secteurs de l’éducation et de la santé.

Mais cette année, le gouvernement a renversé la vapeur avec une augmentation de 5 % des dépenses dans l’éducation et de dollars soit 4,6 % soit 38,5 milliards, dans le domaine de la santé.

Pour faire face aux dépenses destinées à satisfaire quasiment tous les secteurs, le gouvernement compte utiliser la réserve de stabilisation.

Durant la période de compression budgétaire menée par le gouvernement, celle-ci a atteint 5,4 milliards de dollars. Le gouvernement compte utiliser 3 milliards de dollars pour les années à venir.

Dès 2016, les libéraux ont commencé à utiliser leur marge de manoeuvre. Les chiffres des derniers budgets montrent que la croissance des dépenses est sensiblement revenue à ce qu'elle était avant la période d'austérité et elle n’a sans cesse augmenté depuis.

« Nous avons les moyens de poursuivre nos efforts de réduction du fardeau fiscal », avait dit le ministre des Finances Carlos Leitao.

Mais ce qui donne encore plus de marge de manœuvre au ministre des Finances Carlos Leitao, c’est la croissance de l’économie québécoise beaucoup plus importante que prévue.

En 2017, le ministre des Finances misait sur une croissance de 1,7 %, mais en réalité, le PIB du Québec a augmenté de 3 %.

Bref, en imposant d'abord une période d'austérité budgétaire, puis en profitant ensuite d'une croissance économique plus soutenue, le gouvernement libéral s'est donné la marge de manoeuvre pour redistribuer les millions quelques mois avant les élections.

Avec les informations de Vincent Maisonneuve