Retour

Embauche de personnes handicapées : Walmart n'est pas la norme sur la Côte-Nord

Le directeur général du Centre de tri Le Phare de Port-Cartier, Éric Aubin, croit que les entreprises de la Côte-Nord gagnent à embaucher des personnes vivant avec un handicap. Il estime que le cas de Walmart qui a décidé de congédier des employés ayant une déficience intellectuelle est désolant, même si la multinationale a fait volte-face.

Un texte de Katy Larouche

Chaque jour, près d’une soixantaine de personnes qui vivent avec des limitations se rendent au centre de tri Le Phare de Port-Cartier pour y travailler.

L’organisme en fait sa mission et même sa fierté. Il ne reçoit pourtant des subventions à l’embauche que pour une quarantaine de ces travailleurs grâce au programme de soutien aux entreprises adaptées.

« Dans le monde dans lequel on est, où c'est la production qui prime, on a tendance à dire : “ J'ai pas de temps à perdre avec ça ”. Mais au niveau de la société et de l'être humain, on gagne tellement », illustre-t-il.

Dans une entrevue à l'émission Boréale 138, le directeur du Phare de Port-Cartier affirme que ces employés sont très dévoués et qu'ils apportent beaucoup aux entreprises qui les emploient. « Ils sont loin de ne venir chercher qu’un salaire », indique Éric Aubin.

Programme populaire sur la Côte-Nord

Le cas de Walmart n’est pas la norme dans la région, croit Éric Aubin.

Le programme de contrat d’intégration au travail pour les personnes vivant avec un handicap a séduit de nombreuses entreprises.

« En 2017, sur la Côte-Nord, le programme était tellement populaire que les montants alloués pour l'année étaient dépensés après seulement six mois », affirme Éric Aubin.

Le directeur général croit que ce financement gagnerait à être bonifié pour permettre à davantage de travailleurs de s’intégrer au marché de l’emploi.

Plus d'articles