Retour

Employés congédiés : Couillard invite Walmart à revoir sa décision

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a incité mardi l'entreprise Walmart à revenir sur sa décision de mettre terme à son programme d'inclusion, qui permettait l'emploi de dizaines de personnes présentant une déficience intellectuelle.

« J’ai été très déçu quand j’ai vu cette nouvelle-là, surtout dans une période de pénurie de main-d’œuvre », a déclaré le premier ministre Couillard. « On a intérêt à ramener tout le monde dans le marché du travail, particulièrement ceux qui en sont plus éloignés, comme ceux qui ont un handicap. »

La décision de Walmart de mettre fin au programme qui permettait d’intégrer des personnes ayant une déficience intellectuelle a pris effet jeudi dans les 26 succursales du Québec.

Des entreprises se manifestent

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a réitéré mardi son soutien aux travailleurs touchés par la décision de Walmart.

Le CIUSSS s’est d’ailleurs donné un mois pour trouver de nouveaux emplois aux personnes concernées.

L’organisation a commencé à rencontrer les ex-employés pour connaître leurs attentes pour la suite des choses. Elle a aussi rapporté avoir été contactée par plusieurs entreprises intéressées à embaucher des personnes atteintes d’une déficience intellectuelle.

Une lettre d’appui aux travailleurs touchés par la décision de Walmart a par ailleurs amassé près d’un millier de signatures jusqu’à présent.

Une décision contestée

Cette décision touche entre autres 19 personnes en Maurice et au Centre-du-Québec, une vingtaine dans la Capitale-Nationale et 25 dans Chaudière-Appalaches.

Certaines d'entre elles travaillaient pour le détaillant depuis près d'une vingtaine d'années.

La nouvelle avait soulevé une vague d'indignation cette semaine de la part des travailleurs eux-mêmes, ainsi que de nombreux organismes impliqués dans la réinsertion sociale de personnes handicapées.

Walmart Canada a déclaré samedi avoir mis fin au programme dans ses magasins en raison de sa « forme » et considérer l’embauche des ex-participants.

Plus d'articles