Retour

Employés recherchés dans le Grand Mont-Tremblant

Les Laurentides font face à une pénurie de main-d'oeuvre sans précédent et les entreprises recherchent activement du personnel.

Les entreprises du Grand Mont-Tremblant cherchent des moyens originaux pour attirer de la main-d'oeuvre dans leur région : opération séduction, conditions de travail bonifiées, emplois stimulants...

Le restaurant Le Cheval de Jade, à Mont-Tremblant, compte ses derniers jours. Le 31 mars prochain, il fermera définitivement ses portes. « C'est une décision crève-cœur de la maison », admet Olivier Tami, chef cuisinier et propriétaire de l’établissement.

Le grand nombre d'emplois disponibles dans le Grand Tremblant rend les employés moins fidèles et plus rares. Pour de très petites entreprises comme celle de M. Tami, le recrutement constant et la formation sont épuisants.

Heures d’ouverture

À la quincaillerie Rona Forget, une des propriétaires, France Forget, multiplie les démarches pour attirer de nouveaux candidats. En tout, elle emploie une centaine de personnes.

« On n'a pas connu un aussi grand défi de ce point de vue. Parce que ça fait longtemps qu’en ressources humaines, on nous en parle. Je pense qu’on est en plein dedans », reconnaît France Forget.

Outre de pleines pages achetées dans le journal local, France Forget a même installé un kiosque de recrutement directement dans son magasin, samedi dernier. Mais il reste encore une douzaine de postes vacants.

Nouvelle génération

La Chambre de commerce du Grand Tremblant essaie d'aider les quelque 450 compagnies membres à recruter, mais aussi à améliorer la gestion de leurs employés afin qu'elles les gardent, surtout ceux de la nouvelle génération.

« Pour ce faire, il faut que l’entrepreneur ou le gestionnaire ou le gérant – appelez-le comme vous voulez – soit capable de gérer et aussi d’accepter ces nouvelles façons de faire », indique Isabelle Plouffe, directrice générale de la Chambre de commerce du Grand Mont-Tremblant.

Les Laurentides vont aussi faire une campagne de séduction auprès des travailleurs immigrants. Une journée-rencontre est prévue mercredi entre des organismes de placement de personnel et une trentaine d'entrepreneurs des Laurentides.

Avec la collaboration d’Ève Couture