Retour

Énergie Est : une occasion en or et sécuritaire, selon Brad Wall

Le premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall a fait la promotion du controversé projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada devant un parterre de gens d'affaires à l'Empire Club of Canada de Toronto.

Dans un discours intitulé « Énergie Est : pourquoi les Canadiens devraient profiter de leurs ressources », M. Wall a réaffirmé que le projet est une occasion en or pour le pays et qu'il ne constitue aucun danger pour l'environnement.

Énergie Est, un projet de pipeline de 4600 km qui parcourrait six provinces pour transporter le pétrole albertain jusqu'au Québec et au Nouveau-Brunswick en passant par la Saskatchewan, fait l'objet d'un examen du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement dans la Belle Province.

La Saskatchewan produit elle aussi du pétrole issu des sables bitumineux.

Se voulant rassurant, Brad Wall a même laissé entendre que l'oléoduc de TransCanada réduirait les émissions de gaz à effet de serre du pays, notamment en mettant fin au transport du pétrole par les rails et les routes. Le projet Énergie Est permettrait de retirer 1500 convois pétroliers du réseau de chemin de fer canadien, a-t-il soutenu.

Il a cité l'exemple de la tragédie de Lac-Mégantic, au Québec, où le déraillement d'un convoi pétrolier a provoqué un immense incendie qui a tué 47 personnes en 2013.

Or noir à vendre. Consultez notre dossier.

D'importantes retombées économiques

Brad Wall a plaidé que le Canada a besoin du projet Énergie Est et que tous les citoyens bénéficieraient de ses retombées économiques.

Le fervent défenseur de l'industrie énergétique a indiqué que l'oléoduc devrait avoir des retombées économiques de 55 milliards de dollars au Canada, dont 4,3 milliards en Saskatchewan et 9,3 milliards au Québec.

Brad Wall a cité le maire de Québec, Régis Labeaume, qui a appuyé ouvertement le projet. M. Labeaume a dit que, dans un pays « normal », les entreprises qui veulent construire des infrastructures pour exporter leurs ressources devraient pouvoir le faire et qu'il comprenait la grogne des provinces de l'ouest face à l'opposition de l'est du pays.

L'ex-premier ministre du Manitoba, Gary Doer, et le premier ministre saskatchewanais, Brad Wall, font des arrêts au Nouveau-Brunswick pour défendre le projet d'oléoduc Énergie Est de la société albertaine TransCanada.

M. Doer était à Saint-Jean mardi, dans le cadre de la conférence de l'industrie énergétique. Brad Wall prendra la parole à son tour mercredi. Il se rendra ensuite à Montréal jeudi pour rencontrer le premier ministre du Québec Philippe Couillard.

Plus d'articles

Commentaires