Retour

Énergie marémotrice : un rêve qui prend vie dans la baie de Fundy

La Nouvelle-Écosse tente depuis 10 ans de développer le potentiel énergétique des marées de la baie de Fundy. La province à mis à la disposition des entreprises un site expérimental dans le bassin des Mines. Et une compagnie française dit qu'avant la fin de l'année, elle y produira de l'électricité.

Les marées de Fundy profitent de la forme de la baie. La différence entre la marée haute et la marée basse peut atteindre 16 mètres, la hauteur d'un édifice de quatre étages. On veut maintenant mettre les plus hautes marées du monde à contribution.

Le projet s'appelle FORCE : un site expérimental mis sur pied pour développer des technologies d'exploitation du potentiel énergétique des marées.

Le site a coûté plus de 10 millions de dollars. Il comprend le centre d'interprétation des recherches et des plateformes sous-marines dans le bassin des Mines, reliées à un système électrique.

C'est là qu'en 2010, l'entreprise Open Hydro a déposé une hydrolienne. Au bout de quelques jours, elle a été remontée à la surface... complètement déchiquetée.

La force des marées n'avait pas encore révélé tous ses secrets.

« Lorsque vous avez les plus grandes marées, vous avez aussi les plus grands défis », lance Mary McPhee, directrice du site de FORCE.

Au centre, on supervise les recherches pour établir une base de données plus fiable. La province veut aider l'industrie, mais il faut aussi faire l'ébauche des lois et des règlements qui vont la régir.

« Mais nous sommes la première place au Canada qui établit ce type de projet de loi, alors ce n'est pas vraiment qu'on pouvait aller regarder aux expériences ailleurs parce qu'il n'y en a pas », raconte Michel Samson, ministre de l'Énergie de la Nouvelle-Écosse.

Cinq consortiums d'entreprise tentent de concevoir le meilleur modèle d'hydrolienne.

Le projet le plus avancé est celui d'Open Hydro qui, cinq ans plus tard, dit avoir bien appris sa leçon.

« On prévoit d'installer les deux turbines et de les brancher au réseau d'ici la fin de l'année », précise Jeremy Poste, directeur des opérations à Open Hydro Canada.

Pour la petite communauté de Parsborro, qui compte un millier d'habitants, ce projet d'envergure mondiale suscite toutes sortes d'émotions.

« C'est si intéressant, mais si effrayant aussi parce qu'on ne sait pas comment ça va changer toute notre région », s'inquiète Gérard Cormier, un résident de Parsborro.

« Ce serait le fun de travailler à la maison pour une fois », lance un autre citoyen.

L'énergie marémotrice a le potentiel de changer le village et le portefeuille énergétique de la province. Mais les inquiétudes demeurent vives en attendant que la baie de Fundy mette à profit toute sa puissance.

Avec les informations de Rebecca Martel

Plus d'articles

Commentaires