Retour

Énergie NB : le salaire d’un expert du nucléaire gardé secret

Énergie NB refuse de divulguer le salaire d'un spécialiste américain du nucléaire qu'elle a engagé pour tenter d'augmenter la production d'énergie de la centrale de Point Lepreau.

Ce spécialiste, Brett Plummer, n’est pas payé de la même façon que les autres hauts dirigeants de la société d’électricité, dont les salaires sont publics.

Dans un document soumis à la Commission de l’énergie et des services publics, Énergie NB défend son refus de rendre sa rémunération publique. « La divulgation des montants payés en vertu de ces contrats nuirait à la capacité d’obtenir de tels services à prix compétitif à l’avenir », explique-t-elle.

Même si l'on ne sait pas combien touche M. Plummer, on sait qu’il bénéficie de certaines conditions avantageuses. Énergie NB confirme, par exemple, qu’il reçoit un salaire comparable à celui qui lui serait versé aux États-Unis, imposé à un taux calqué sur les taux américains.

Des dirigeants américains coûteux

Selon un spécialiste torontois de la rémunération de dirigeants d’entreprises, Christopher Chen, il peut être nécessaire de payer de 60 à 70 % plus cher un gestionnaire pour aplanir les différences canado-américaines.

C’est très cher de le faire de cette manière, précise-t-il. La plupart des organisations éviteraient sans doute [de telles conditions].

Christopher Chen, spécialiste de la rémunération des cadres, Korn Ferry

M. Plummer, d’autre part, a une expertise qui fait de lui un spécialiste recherché : il a été opérateur nucléaire dans la marine américaine avant de passer à la centrale nucléaire géante de Seabrook, au New Hampshire.

Il a été embauché comme dirigeant principal de l’exploitation du nucléaire et vice-président du nucléaire à Énergie NB en novembre 2015.

Une production décevante

Il a la mission d’augmenter la production d’électricité à la centrale nucléaire de Point Lepreau, dont le rendement est insatisfaisant depuis sa remise à neuf.

Depuis sa remise en production en 2012, après quatre ans de travaux, la centrale a produit 4000 heures de moins d’électricité que prévu en raison de problèmes divers. Le déficit de production se chiffre à 200 millions de dollars.

Chris Rouse, un militant antinucléaire qui intervient régulièrement lors des audiences sur les tarifs d’Énergie NB, est impressionné par la formation et l’expérience de Brett Plummer. Il mérite d’être bien payé, dit-il, mais il ajoute que son salaire devrait être divulgué.

« Je ne suis pas un grand partisan de Lepreau, dit-il [...] Mais j’ai un peu plus confiance en sachant qu’il est là. Peut-être qu’il arrivera à améliorer son rendement [la centrale]. Mais je crois tout de même que le public a le droit d’être informé [de son salaire].

D'après un reportage de Robert Jones, CBC

Plus d'articles

Commentaires