Énergie NB renonce à faire approuver une surtaxe qui l'aurait aidée à assumer les frais des tempêtes extrêmes qui se multiplient depuis quelques années.

Dans un communiqué, elle annonce qu'elle a retiré de sa demande générale de hausse des tarifs, qu'étudie actuellement la Commission de l'énergie et des services publics, la partie qui concerne cette surtaxe, ou « mécanisme de rajustement tarifaire ».

« Énergie NB a entendu ses actionnaires et ses clients qui s'inquiètent des répercussions du mécanisme de rajustement tarifaire et nous sommes à l'écoute de ces préoccupations », déclare Gaëtan Thomas, président-directeur général d'Énergie NB.

Parmi les opposants à ce qui a été surnommé une « taxe météo », il y avait le premier ministre Brian Gallant qui, jeudi, a déclaré qu'il s'y « oppose fortement ». Il a d'ailleurs laissé entendre que son gouvernement l'annulerait si elle était approuvée par la commission.