Retour

Énergie NB s'apprête à dépenser 600 000 $ pour deux véhicules blindés

La centrale nucléaire de Point Lepreau, au Nouveau-Brunswick, cherche à acheter deux nouveaux véhicules blindés légers pour assurer la sécurité des lieux.

La centrale nucléaire possède déjà deux véhicules pare-balles, mais ils sont âgés de six ans et doivent être remplacés, selon les responsables.

Marc Beliveau, porte-parole d'Énergie NB, a déclaré qu'un véhicule blindé léger, souvent appelé VBL, coûte généralement 300 000 $, mais le prix exact ne sera connu qu’à l’ouverture des soumissions.

Un appel de soumissions a eu lieu du 12 au 28 juin et les propositions des fournisseurs sont à l’étude.

Aurèle Gervais, un porte-parole de la Commission canadienne de sûreté nucléaire, a déclaré que les mesures de sécurité ont été accélérées après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis et qu'elles sont toujours en vigueur aujourd'hui.

Il a ajouté que cet achat contribuerait à assurer une « force d'intervention armée disponible 24 heures par jour, sept jours par semaine ».

Évaluation annuelle des risques

La planification et les exercices d'urgence font également partie du plan en matière de sécurité. Les installations subissent des inspections axées sur la sécurité et sur l’évaluation des risques.

Marc Belliveau précise que les véhicules pare-balles actuels de Point Lepreau sont à la fin de leur cycle de vie, tel que défini par les politiques de la Commission canadienne de sûreté nucléaire.

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur l’avenir des véhicules qui font des patrouilles présentement sur les lieux, ajoute-t-il, sans révéler de quel modèle il s'agit pour des raisons de sécurité.

Plus tôt cette année, le service policier de Fredericton a payé près de 350 000 $ pour un véhicule blindé léger, en choisissant GardaWorld comme fournisseur.

D'après un reportage de Ben Silcox, CBC

Plus d'articles

Commentaires