Retour

Épicerie à Saint-Léolin: le maire a hâte de faire une annonce comme à Maisonnette

La municipalité de Maisonnette a annoncé, mardi, que l'épicerie locale, fermée en mai dernier, allait rouvrir ses portes en janvier prochain. Dans la municipalité voisine de Saint-Léolin, le maire Mathieu Chayer a hâte d'annoncer la même chose pour ses concitoyens également.

En mai dernier, la Coopérative de Caraquet a fermé ses magasins d'alimentation de Maisonnette et de Saint-Léolin. Elle les a ensuite cédés aux municipalités. C'est l'entrepreneur Gabriel LeBreton qui va exploiter le magasin, loué par le Village de Maisonnette.

Le maire de Saint-Léolin, Mathieu Chayer, se réjouit pour les résidents de Maisonnette, qui pourront à nouveau faire l'épicerie dans leur village. « C'est sûr qu'on est contents pour eux, affirme-t-il. Mais on ne perd pas espoir. Au départ, monsieur LeBreton avait un intérêt envers les deux magasins, mais il pouvait seulement en ouvrir un à la fois. J'ai vu ce qu'ils ont fait à Maisonnette. J'ai hâte de faire une annonce moi aussi. J'ai hâte que ce soit à mon tour. »

Le maire Chayer doit avoir des rencontres, au cours des prochains jours, avec deux acheteurs potentiels qui s'intéressent au magasin de Saint-Léolin.

« Les deux, ce sont des gens qui sont dans le domaine de l'alimentation, explique-t-il. Celui que je rencontre cette semaine, il a déjà d'autres épiceries dans la province et il voulait s'établir dans la Péninsule acadienne depuis un bout de temps déjà. Il voit ça comme une opportunité. C'est de très bon augure. Mais je ne veux pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. C'est pour ça que je me retiens de donner des noms et des dates. »

Un dossier chaud

Mathieu Chayer raconte qu'il ne se passe pas une semaine sans que des citoyens lui parlent du magasin d'alimentation. « Ils m'appellent au bureau, dit-il. Ils m'interpellent dans la rue. C'est le dossier chaud de Saint-Léolin. Ils me demandent ce qui arrive, s'il y a du nouveau. À toutes les réunions municipales, je dois répondre à des questions au sujet du magasin d'alimentation. »

Des kilomètres pour un pot de moutarde

Selon le maire, ce sont surtout les personnes âgées qui déplorent l'absence d'un magasin d'alimentation dans le village. Ils doivent se rendre à l'extérieur pour faire leur épicerie. Mais il précise qu'il n'y a pas que les personnes âgées qui se plaignent de la situation.

« Les parents qui veulent faire des lunchs le soir pour les enfants qui vont à l'école le lendemain, ils peuvent se dire 'Oh! il manque de la moutarde'. Être pris pour aller à Caraquet ou à Paquetville pour aller chercher de la moutarde, ce n'est pas plaisant. »

Plus d'articles

Commentaires