Retour

Équiterre veut briser le cycle d'acheter pour acheter

On accuse généralement les entreprises d'être responsables de l'obsolescence des appareils électroménagers et électroniques (AEE), mais les consommateurs ont aussi un rôle à jouer, selon les conclusions d'une enquête pancanadienne dévoilée jeudi par le groupe environnemental Équiterre.

L'étude, réalisée en collaboration avec de nombreux partenaires, dont Recyc-Québec et Option consommateurs, vise à responsabiliser les Canadiens face au phénomène de l'obsolescence, soit le remplacement d'un bien avant son usure matérielle.

En 2016, 44,7 millions de tonnes de déchets provenant d'AEE ont été produites à l’échelle mondiale, un volume qui devrait augmenter de 17 % d’ici 2021 et auquel participent grandement les consommateurs, selon les résultats de l'étude.

En effet, quelque 80 % des répondants qui affirment avoir acheté un appareil neuf indiquent « une faible propension vers le réemploi » et 86 % soutiennent que les appareils électroniques et électroménagers sont volontairement conçus pour ne pas durer afin d'en augmenter le taux de remplacement.

C'est ce qu'on appelle l'obsolescence programmée. Si l'organisme ne nie pas l'existence de cette notion, Équiterre estime toutefois qu'elle est difficile à mesurer et déresponsabilise le consommateur face à sa propre propension à jeter plutôt que réparer ou réutiliser.

L'étude démontre que moins de la moitié des Canadiens reconnaissent qu’ils jouent un rôle dans ce phénomène et peu d’entre eux « conservent leur appareil aussi longtemps que la durée de vie qu’ils estiment raisonnable ».

Aussi, seulement 19 % des répondants au sondage ont affirmé faire réparer leurs appareils électroménagers et 26 % ont affirmé faire de même pour les appareils électroniques.

Changer les mentalités

L’étude révèle que de plus en plus de consommateurs « donnent une fin de vie prématurée à leurs produits [...] non pas parce que ceux-ci ne fonctionnent plus, mais tout simplement pour des raisons de fonctionnalités techniques, esthétiques ou psychologiques ».

L’étude démontre aussi que les tactiques de marketing des entreprises, comme les promotions qui proposent de remplacer les électroménagers en bloc, ont une influence importante sur l’obsolescence.

Près d’un consommateur sur cinq peut même être qualifié d’« excessif », puisqu’il a acheté cinq appareils ou plus au cours des deux dernières années.

Il faut « en finir avec le prêt-à-jeter qui devient la norme et s’insinue dans nos vies », affirme Colleen Thorpe, directrice des programmes éducatifs à Équiterre. Il s’agit d’agir « collectivement et efficacement sur la réduction à la source » des déchets provenant des AEE.

Il faut « un important travail de sensibilisation et d’information auprès du public », ajoute Sonia Gagné, présidente-directrice générale de Recyc-Québec.

Les auteurs de l’étude concluent avec une série de recommandations, qui s’adressent aux citoyens, aux entreprises et aux autorités publiques. On cite notamment en exemple l'exemption de taxe sur la réparation d'appareils en Suède comme mesure incitative.

L'enquête d'Équiterre est basée sur un échantillon aléatoire de 2202 personnes âgées de 18 ans et plus s’exprimant en français ou en anglais et provenant de l’ensemble des provinces du Canada.