Retour

Est-ce que l'Alberta a les moyens d'augmenter son salaire minimum?

L'Alberta vit l'une des pires récessions de son histoire. Les travailleurs quittent la province par milliers. Et pourtant, le salaire minimum continue d'augmenter. Il passe samedi de 11,20 $ à 12,20 $, en vue d'atteindre 15 $ en 2018. Un choix encore raisonnable?

Un texte de Laurence Martin

Tout dépend, bien sûr, à qui vous posez la question.

La première ministre albertaine Rachel Notley répétait cette semaine qu'il ne faut pas craindre de pertes d'emplois, alors que des dizaines de restaurateurs et de propriétaires de petites entreprises tiennent un discours alarmiste.

Alors, qui dit vrai? 

Voici cinq choses à savoir sur cette augmentation :

1. Peu de gens gagnent le salaire minimum en Alberta

L'Alberta est une des provinces qui comptent la plus faible proportion de travailleurs au salaire minimum.

Environ 14 % des Albertains gagnent moins de 15 $/heure. À l'Île-du-Prince-Édouard, c'est 33 %. 

2. Des études encourageantes

Selon l'économiste Jean-François Wen, de l'Université de Calgary, plusieurs études récentes ont montré que les hausses du salaire minimum n'entraînaient pas, en général, de pertes d'emploi majeures.

Le défi, c'est que l'Alberta vit actuellement une situation économique bien différente de celle d'une ville comme Seattle qui, récemment, a aussi choisi d'augmenter son salaire minimum à 15 $ l'heure. 

Jean-François Wen se demande si le moment est le mieux choisi pour cette hausse en Alberta.

3. Les adolescents sont les plus touchés

Le quart des travailleurs qui gagnent le salaire minimum sont âgés de 15 à 19 ans, et 21 %, de 20 à 24 ans. Ces travailleurs ne sont pas nécessairement parmi les plus vulnérables, note l'économiste Trevor Tombe.

Il se demande si un crédit d'impôt pour les familles moins nanties ne serait pas mieux ciblé.

Selon Trevor Tombe, le défi avec le crédit d'impôt réside dans le fait que l'argent doit venir du gouvernement provincial, et que présentement, la province n'a pas beaucoup de marge de manoeuvre. 

4. Les serveurs : les grands gagnants

Jusqu'au 30 septembre, le salaire minimum pour les employés à pourboire qui servent de l'alcool en Alberta était légèrement inférieur à celui des employés des autres secteurs.

Sauf que, dès le 1er octobre, il n'y aura plus de différence. Leur salaire horaire passe donc de 10,70 $ à 12,20 $. À cela s'ajoutent les pourboires.

5. Les restaurateurs particulièrement inquiets

L'un des secteurs qui emploient le plus de travailleurs payés au salaire minimum est celui de la restauration. Il s'agit aussi d'un des secteurs les plus touchés par les difficultés économiques des dernières années. 

Mo Blayways, qui est propriétaire du restaurant Red Piano, pense qu'il va devoir encore augmenter les prix sur son menu, ce qui ne l'aidera pas à attirer les clients.

Il souhaite une augmentation plus progressive du salaire minimum, parce qu'il craint, en cas contraire, de devoir bientôt fermer ses portes.