Retour

EXCLUSIF - L'ESG pourrait se séparer de l'UQAM en avril

L'École des sciences de la gestion (ESG) prépare une consultation auprès de ses 15 000 étudiants, 600 professeurs et chargés de cours et ses 120 employés de soutien pour créer une école indépendante de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Un texte de Gérald Fillion

Dans un communiqué interne diffusé jeudi soir, le doyen de l'ESG, Stéphane Pallage, affirme que les négociations entreprises avec l'UQAM visant à donner à son école une plus grande autonomie financière sont un échec.

« Après deux ans et demi de négociations avec la direction de l'UQAM, écrit Stéphane Pallage, je dois annoncer à regret que le modèle de décentralisation par les revenus [...] demandé par la communauté de l'ESG dans son Plan de développement stratégique (2013-2018) a été refusé par le recteur cette semaine. Hier, j'ai écrit à la présidente du Conseil d'administration de l'UQAM, Lise Bissonnette, pour avoir la confirmation que le refus du recteur était bien le refus de l'UQAM. »

Le conseil d'administration de l'UQAM doit se réunir mardi. La question de l'avenir de l'ESG ne serait pas à l'ordre du jour, selon nos informations.

Un refus du conseil ou l'absence d'une réponse à la demande du doyen Pallage pourrait entraîner la tenue d'une consultation sur l'indépendance de l'ESG à la fin avril. La proposition de l'ESG porterait sur une séparation de ses activités d'avec l'UQAM pour être rattachée au Réseau de l'Université du Québec.

Stéphane Pallage est doyen de l'École des sciences de la gestion depuis 2013. Dans son communiqué jeudi, il affirme qu'il a été élu avec le « mandat clair d'obtenir une plus grande autonomie pour l'École au sein de l'Université ».

L'ESG a été créée en 1991 par l'ancien recteur de l'UQAM Claude Corbo. L'ancien premier ministre du Québec Bernard Landry est professeur au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l'École.