Retour

Faut-il une loi pour combattre la « taxe rose »?

Les femmes paient généralement plus cher des produits équivalents destinés aux hommes. C'est ce qu'on appelle la « taxe rose », et plusieurs la dénoncent.

Un texte de François Dallaire, de La facture

La « taxe rose » est particulièrement visible dans les salons de coiffure. Il y a un prix pour les femmes et un prix pour les hommes, peu importe le travail effectué.

« Il y a un calcul qui est fait, que les femmes sont prêtes à payer cela. Parce que si elles n’étaient pas prêtes à le payer, les prix baisseraient », nous a lancé avec dépit Julie Miville-Dechêne lors de la dernière entrevue qu’elle a accordée avant d’annoncer son départ de la présidence du Conseil du statut de la femme.

C’est complètement inacceptable d’avoir des prix différents pour des produits qui sont essentiellement les mêmes.

Julie Miville-Dechêne, ex-présidente du Conseil du statut de la femme

Pour savoir à quel point les femmes paient plus cher leurs produits, nous avons contacté deux collègues de travail, un homme et une femme. Nous leur avons donné 300 $ chacun à dépenser dans des commerces de la région de Montréal. Seule condition : ils doivent acheter le même produit dans le même magasin, version pour lui et version pour elle. Ils devaient aussi aller chez le coiffeur et à la blanchisserie.

Voici les résultats. À noter que les prix incluent les taxes.

La différence entre ce que les deux collègues ont payé est énorme, et pourtant, cette discrimination passe inaperçue, car il s’agit souvent de petits montants.

« Les fabricants profitent du fait que les consommatrices ne sont pas très attentives aux prix, ne font pas de comparaisons vraiment systématiques, et se font avoir », déplore Julie Miville-Dechêne. Elle donne le conseil suivant aux consommatrices : si le rasoir rose coûte plus cher que le bleu, et que les deux objets sont de même qualité, n’hésitez pas à acheter le bleu!

Pas de mauvaise foi des commerçants

L’expert en marketing Jacques Nantel confirme qu’il s’agit d’une discrimination. Toutefois, elle ne vient pas de la mauvaise foi des commerçants, mais plutôt de la faible demande de certains articles féminins.

Pour rentabiliser l’espace sur les tablettes, les commerçants doivent hausser leurs prix. « Si mon stock – le rasoir rose — roule deux fois moins, il faut que ma marge [de profit] soit deux fois plus élevée pour avoir la même rentabilité au pied linéaire », explique Jacques Nantel, professeur émérite à HEC. « Parce qu’à l’origine le rasoir rose se vendait moins que le rasoir noir. Mais lorsque les deux produits roulent autant, on devrait normalement baisser les prix. »

L’exemple de New York

Faut-il faire comme à New York et interdire le sexisme dans les prix? Dans la métropole américaine, un règlement empêche les commerçants d’afficher des prix différents selon que le client est un homme ou une femme.

« Cette administration a comme priorité d’éliminer la discrimination dans les prix », nous a déclaré Lorelei Salas, commissaire au département de la protection des consommateurs de New York.

« Si vous allez dans un salon de coiffure, vous ne pouvez pas avoir une tarification différente parce que vous êtes une femme. Vous pourriez avoir une tarification différente en fonction de la longueur ou du type de cheveux, mais le salon ne peut pas avoir des tarifs différents parce que vous êtes une femme ou un homme », explique Mme Salas.

Des amendes allant jusqu’à 250 $ pour une première offense sont imposées aux contrevenants.

Applicable au Québec?

Selon Julie Miville-Dechêne, une telle loi serait inapplicable au Québec.

Beaucoup de lois sur la consommation au Québec sont appliquées par l’OPC [Office de la protection du consommateur] et, finalement, n’ont pas de dents.

Julie Miville-Dechêne

Jacques Nantel invite plutôt les commerçants à se montrer bons joueurs devant cette clientèle. Mettre fin au sexisme pourrait leur rapporter de nouvelles clientes.

« Un bon détaillant devrait s’en rendre compte et devrait dire : “Moi, je vais être le premier à dire, chez nous, il n’y a pas de discrimination sur les prix en fonction du sexe”. Je peux vous garantir qu’à partir de ce moment-là, son volume va commencer à augmenter, et ça va compenser sa baisse de prix », explique Jacques Nantel.

Plus d'articles

Commentaires