Retour

Fermeture de Sears : plusieurs centaines de Néo-Brunswickois perdront leur emploi

L'entreprise Sears annonce qu'elle veut mettre fin à ses activités, ce qui entrainera la perte de plusieurs centaines d'emplois au Nouveau-Brunswick.

Un texte de Catherine Allard

Sears Canada a annoncé mardi qu’elle se tourne vers la Cour supérieure de justice de l'Ontario pour obtenir l'autorisation d'amorcer sa liquidation afin de mettre fin à ses activités, puisqu'elle n'a pas trouvé un acheteur adéquat.

L'entreprise dit « regretter sincèrement cette issue prochaine, tout comme les emplois qui seront perdus et la fermeture des magasins ».

Au Nouveau-Brunswick, les magasins Sears à Dieppe et à Fredericton avaient échappé au couperet lors d’une première vague de fermetures plus tôt cette année. Ceux situés à Saint-Jean et à Bathurst ont fermé leur porte.

Actuellement, il y a 111 personnes qui travaillent chez Sears à Dieppe, dont 86 à temps partiel, et 94 qui travaillent au magasin de Fredericton, dont 81 à temps partiel.

Des centaines d’emplois perdus dans les centres d’appels

En plus des emplois perdus dans les magasins, des centaines d’emplois seront perdus dans les centres d’appel de l’entreprise, à Edmundston et à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Ces centres d’appels sont en exploitation depuis quelques mois seulement.

« Si la cour approuve la fin des activités de l’entreprise, les centres d’appels fermeront également leurs portes », confirme Joël Shaffer, un porte-parole de Sears Canada.

« Ces emplois seront abolis dans 10 à 14 semaines, mais ça pourrait être plus tôt », dit-il, en précisant que les employés « recevront bientôt une lettre avec les détails sur leur avenir ».

Un coup dur pour Edmundston

Le maire d’Edmundston, Cyrille Simard, se dit déçu que la province ait créé des attentes, en « donnant des raisons de croire qu’il y avait des conditions gagnantes dans ce projet-là, mais ça ne s’est pas matérialisé ».

Le maire espère maintenant que la province trouvera une autre solution pour faire travailler les personnes qui perdront leur emploi.

Entre 100 et 125 personnes travaillent actuellement au centre d’appels d'Edmundston selon une des employées, Élaine Albert.

Opportunités NB n'a pas avancé de fonds gouvernementaux

La ministre du Développement économique et ministre responsable d'Opportunités NB, Francine Landry, précise que Opportunités NB « n'a pas avancé de fonds gouvernementaux à Sears Canada et n'est pas tenu d'avancer des fonds à l'entreprise ».

Dans une déclaration envoyée par courriel, Francine Landry s'est dite déçue d'apprendre la nouvelle et promet de « travailler de près avec les employés de Sears Canada à Edmundston et à Saint-Jean pour les diriger ces des services de soutien dans la région afin de les aider dans leur transition de carrière ».

Opportunités NB avait promis de verser 2,2 millions de dollars pour Edmundston et 4,3 millions de dollars pour Saint-Jean, par l’entremise d’une combinaison de subventions salariales et de prêts.

Plus d'articles

Commentaires