Retour

Fermeture de Tolko : un effet « dévastateur » pour la communauté

Des réactions se sont fait entendre au lendemain de l'annonce de la fermeture de la compagnie forestière Tolko Industries, principal employeur de la ville de The Pas.

La Première Nation Cree Opaskwayak est particulièrement touchée, d'après son directeur général : « Des générations de travailleurs se sont succédé pour aller travailler à Tolko. Donc s'il n'y a plus de Tolko pour les nouvelles et les prochaines générations, je pense que cela va directement affecter notre bien-être », explique Joan Niquanicappo.

M. Niquanicappo ajoute que cette annonce aura un effet dévastateur pour sa communauté.

La Première Nation est collée à The Pas et compte de nombreux employés de Tolko.

L'usine a connu de nombreuses difficultés ces dernières années et a reçu un financement de la part du gouvernement fédéral pour améliorer le rendement énergétique de l'usine et pouvoir conserver ses activités dans cette ville de 5500 habitants.

« On a vraiment fait des efforts, déclare le vice-président de Tolko, Jim Baskerville. Ces dernières années, on a accompli un grand travail de collaboration entre le gouvernement et les responsables de la société. Notre but c'était d'améliorer notre compétitivité. Malheureusement en dépit de ces efforts, on est incapable de diminuer le coût de la structure et d'améliorer nos résultats. À ce jour, l'entreprise n'est pas financièrement viable. »

Le gouvernement provincial se dit « déçu » par cette décision, mais dit qu'il garantira aux employés de Tolko et à leurs familles le soutien nécessaire dont ils auront besoin.

Vers une solution de crise ?

Le syndicat, quant à lui, espère encore pouvoir faire pencher la balance. « Je ne veux pas donner de faux espoirs à personne, mais je ne vous cacherai pas non plus que les responsables de notre syndicat sont en train de chercher une solution qui permettrait de conserver l'activité de l'usine », a déclaré le représentant syndical Unifor des employés de Tolko, Paul McKie.

De son côté, l'usine a précisé que sa décision était irrévocable. « On n'aurait pas fait une pareille annonce si on savait que quelque chose était possible », ajoute le vice-président de Tolko.

Plus d'articles

Commentaires