Retour

FerroQuébec échappe aux audiences publiques sur l'environnement

Le chef de la direction de FerroQuébec, Benjamin Crespy, confirme qu'il n'y aura pas d'audiences publiques sur l'environnement pour son projet d'usine de silicium à Port-Cartier.

Selon Benjamin Crespy, c'est l'effort de transparence de la compagnie qui a permis à la population de Port-Cartier d'avoir confiance dans le projet. 

L'entreprise rappelle que le ministère de l'Environnement poursuit l'analyse du dossier. Benjamin Crespy, espère que le certificat d'autorisation général sera délivré d'ici décembre afin de commencer la production de silicium en 2017.

C'est une bonne nouvelle pour la Ville et le milieu socio-économique de Port-Cartier qui s'impatientaient de voir le projet aller de l'avant.

Le commissaire industriel de la Ville de Port-Cartier, Bernard Gauthier précise que les travailleurs et les entreprises locales attendent un coup d'envoi rapide des travaux préliminaires.

En juillet, la mairesse de Port-Cartier, Violaine Doyle, soutenait que le ministre de l'Environnement David Heurtel n'avait reçu qu'une seule demande pour le projet d'usine de silicium. Le cabinet du ministre Heurtel affirme que le seul demandeur d'une audience publique pour le projet de FerroQuébec a retiré sa demande.

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a tenu une séance d'information sur le projet à Port-Cartier le 17 juin. Les personnes présentes étaient davantage préoccupées par des questions d'ordre économique.

Plus de détails à venir 

Plus d'articles

Commentaires