Retour

Forte diminution des stocks de crevettes dans une zone de pêche à T.-N.-L.

La quantité des crevettes exploitables dans une zone côtière de Terre-Neuve-et-Labrador a atteint un niveau historiquement bas, d'après le ministère des Pêches et des Océans. La zone 6 recevra la désignation « critique », selon une biologiste.

Selon une évaluation des stocks complétée la semaine dernière, il n'y avait plus que 104 000 tonnes de crevettes propres à la pêche lors du plus récent relevé en 2016.

C'est une baisse de 25 % par rapport à 2015. Le stock était évalué à 785 000 tonnes dix ans plus tôt, en 2006.

Le stock de femelles reproductrices a décliné de 27 % pour la région qui couvre la côte nord-est de Terre-Neuve et le sud du Labrador.

Katherine Skanes, biologiste à Pêches et Océans, souligne que le quota pour la saison de pêche permet aux pêcheurs de prendre 20 % de toute la crevette dans cette zone. Ce taux devrait plutôt être de 10 % pour les zones désignées « critiques », a-t-elle déclaré en entrevue à la CBC.

Même si la pêche contribue à la diminution des stocks, Mme Skanes explique que d'autres facteurs sont en jeu, comme le réchauffement de l'eau. « Nous ne comprenons pas tous les interactions du milieu océanique, mais nous savons que l'eau tiède est mauvaise pour les crustacés », souligne-t-elle.

Elle ajoute que la population de morue, qui est en croissance, se rabat sur la crevette pour se nourrir puisqu'il y a moins de capelan.

Mme Skanes indique que le rapport final sera soumis à l'industrie de la pêche en mars.

Les pêcheurs inquiets

Glen Best, pêcheur de l'île de Fogo, dit que ces résultats sont effarants. La réduction du quota de crevettes l'an dernier a déjà amenuisé ses revenus, dit-il.

« Si ça continue comme ça, la pêche ne sera plus viable. Il y a quelques années, la crevette représentait 70 % de nos revenus. Par quoi allons-nous remplacer les prises? Est-ce que ce sera la morue? Et ça, ça ne se fera pas du jour au lendemain. »

Plus d'articles