Retour

Friesen fait fondre le déficit, mais les ministères doivent se serrer la ceinture

Le gouvernement de Brian Pallister continue de s'approcher de l'équilibre budgétaire avec son plus récent budget présenté lundi. Le déficit prévu au cours de l'exercice financier est de 521 millions de dollars, en nette baisse par rapport aux 840 millions de dollars du dernier budget.

Un texte de Rémi Authier

Pour atteindre cet objectif, le ministre des Finances, Cameron Friesen, force les différents ministères à s’assurer de limiter leurs dépenses. Le budget du plus important ministère, la santé, augmente de 1 % par rapport à l’année dernière ce qui est moindre que l’inflation en 2017, soit 1,6 %.

Même son de cloche pour les ministères de l’Éducation et de la Famille qui voient leur budget augmenter respectivement de 1 % et 0,6 % par rapport à l’année dernière. À l’opposé, la justice bénéficie d’une augmentation importante de 16,8 % de son budget et plus d’un milliard de dollars sont consacrés au service de la dette, une augmentation de 4,3 %.

Comme annoncé précédemment, le gouvernement Pallister veut aussi augmenter l’exemption personnelle de base, qui détermine à partir de quel revenu un Manitobain paie des impôts. Présentement, le seuil se situe à 9134 $ et augmentera de 1010 $ en 2019 et 2020 pour atteindre 11 402 $. D’ici deux ans, le nombre de personnes exemptées d’impôts passera de 2170 à 35 500 et l’ensemble des Manitobains paiera 156 millions de dollars de moins en impôt par année.

Bien des entrepreneurs seront heureux de découvrir que les petites entreprises dont les revenus sont inférieurs à 500 000 $ auront droit à l’exemption totale d’impôt sur le revenu en 2019. Le seuil se situe actuellement à 450 000 $.

Pour réduire le déficit à un peu plus de 521 millions de dollars, la province dépensera moins que ce qui était prévu dans le précédent budget en infrastructure. Ces dépenses atteindront 1,56 milliard de dollars, soit 6,9 % de moins que le budget antérieur. Les routes manitobaines sont les grandes perdantes et le budget qui leur est consacré diminue de 155 millions de dollars. Les dépenses d’infrastructure en santé, logements et éducation diminuent respectivement de 39, 27 et 8 millions de dollars. À l’inverse, le gouvernement procède à un important investissement dans les dépenses en infrastructure pour les services publics et la technologie qui passe de 88 à 171 millions de dollars.

Le gouvernement maintient son objectif de diminuer la taxe de vente d’ici la fin de son premier mandat, sans toutefois indiquer comment il compte s’y prendre. Il continue aussi d’affirmer que l’équilibre budgétaire sera atteint au cours du second mandat.

Les portefeuilles directement touchés par la taxe carbone

Une taxe carbone de 25 $ par tonne de gaz à effet de serre entrera en vigueur au Manitoba à compter du 1er septembre 2018 et devrait apporter 248 millions de dollars dans les coffres de la province. Certaines exemptions seront accordées pour des secteurs comme l’agriculture et pour des activités économiques qui sont en compétition avec des provinces et états qui n’ont pas instauré une telle taxe. Environ la moitié de toutes les émissions de gaz à effet de serre dans la province proviennent des carburants visés par la taxe sur le carbone.

Très légère diminution dans les institutions francophones

Le Secrétariat aux affaires francophone fait face à une diminution de son budget de 49 000 $, soit 1,5 %. Le Bureau de l’éducation française, dont la restructuration a suscité certaines inquiétudes dans la communauté, voit son budget de 9 millions de dollars être maintenu.