Retour

GM versera 900 millions pour régler l'affaire des systèmes d'allumage défectueux

General Motors va payer une pénalité de 900 millions de dollars américains dans le cadre d'une entente conclue avec les autorités fédérales qui a pour effet de suspendre l'enquête sur le scandale des systèmes d'allumage défectueux. Au moins 124 personnes sont mortes et 275 autres ont été blessées en raison de cette défectuosité.

L'entente en question a été signée mercredi, mais n'a été dévoilée que jeudi par un tribunal fédéral de Manhattan, à New York. 

Selon les documents juridiques, GM admet avoir caché aux autorités fédérales le défaut du système d'allumage qui existait dans certains de ses véhicules, dont les Chevrolet Cobalt et les Saturn Ion. La compagnie s'engage aussi à embaucher un vérificateur de la sécurité indépendant pour revoir les politiques du fabricant en la matière.

En échange, la justice américaine accepte de suspendre son enquête pour une durée de trois ans. Si le géant de l'automobile respecte les termes de l'entente, les accusations d'avoir comploté pour dissimuler le problème de sécurité et de fraude seront abandonnées.

Le défaut d'ignition du système d'allumage faisait en sorte que la clé de contact pouvait passer de la position « marche » à la position « accessoires », causant l'arrêt du véhicule et, dans les cas où l'arrêt précède un accident, empêcher les sacs gonflables de se déployer.

GM a fini par admettre que des employés étaient au courant de cette situation depuis 10 ans, mais qu'aucun véhicule n'a fait l'objet d'un rappel avant 2014. Pas moins de 2,6 millions de véhicules ont finalement été rappelés. 

GM a déjà créé un fonds de 625 millions de dollars pour indemniser les victimes de cette défectuosité. Les familles des personnes décédées doivent recevoir 1 million de dollars chacune. Quelque 200 poursuites civiles contre le constructeur sont néanmoins toujours en cours.

Un ancien procureur fédéral embauché par GM pour enquêter sur cette affaire a conclu qu'aucun responsable de la compagnie n'était directement en cause dans cette affaire. Il a plutôt montré du doigt la bureaucratie de l'entreprise, qui a dissimulé le problème et refusé d'agir.

La directrice générale de l'entreprise, Mary Barra, a néanmoins congédié 15 employés de GM, dont des ingénieurs et des avocats, dans la foulée de ce scandale.

Toyota a récemment versé 1,2 milliard de dollars pour régler une affaire similaire. Le fait que GM ait collaboré avec la justice pourrait expliquer pourquoi sa pénalité est moindre que celle imposée au constructeur japonais.

Plus d'articles

Commentaires