Retour

Grand marché à ExpoCité : une « étude cachée », déplore des opposants

Un groupe de commerçants opposés au déménagement du marché du Vieux-Port dévoile une étude qui, selon eux, avait été « cachée aux citoyens de Québec ».

L’étude de marché produite en août 2015 pour le gestionnaire du marché du Vieux-Port, la Coopérative des horticulteurs de Québec, émet plusieurs doutes sur le succès du déménagement du marché sur le site d’ExpoCité. Le site choisi est même qualifié de « no man’s land gris et sans personnalité ».

On peut notamment lire dans l’étude produite par Desjardins Marketing Stratégique que 61 % des répondants sont peu ou pas du tout favorable au projet de 25 millions de dollars. L’étude, dont les opposants ont obtenu copie, conclut également que le « projet de déménager le marché sur le site d’ExpoCité n’a pas l’appui populaire ».

Devant de telles données, Marc Engel qui est propriétaire d'une épicerie fine à Limoilou, tire à boulets rouges sur le projet.

« Même si le marché déménage, il n’y aura pas plus d’achalandage », résume l’homme d’affaires, statistiques à l’appui. Il estime qu’aucun entrepreneur sensé n’investirait 25 millions de dollars pour ne pas s'assurer plus de clientèle.

L’étude complète sera dévoilée lundi après-midi en présence de Jean Rousseau, le président du Comité des citoyens du Vieux-Québec, du chef Daniel Vézina et d’autres commerçants des quartiers Saint-Jean-Baptiste et Montcalm opposés au projet.

Sans vouloir émettre de conclusion sur l’entêtement de la Ville dans ce dossier, Marc Engel avance une hypothèse. « Probablement qu'il y a un Centre Vidéotron à sauver. Il n’y a pas d’équipe de hockey. Il est déficitaire de 2,5 millions par années », peste le commerçant.

Parallèlement, l’étude évoque justement la clientèle du Centre Vidéotron. On peut y lire que les utilisateurs du Centre Vidéotron ne « voudront pas réaliser d’achats [au marché] pour éviter de s’encombrer ».

Marc Engel demande maintenant à la Ville de Québec d’arrêter le projet temporairement et de mettre en place un processus de consultation populaire.

Plus d'articles

Commentaires