Retour

Grève au casino Caesars : le symbole de la lutte syndicale actuelle?

Le rejet vendredi d'une deuxième entente de principe pour régler le conflit de travail au casino Caesars de Windsor démontre un ras-le-bol profond des employés, souligne un expert.

En votant contre la deuxième entente de principe qui leur a été proposée, 53 % des employés ont montré que leur syndicat devait en faire davantage pour mieux représenter leurs intérêts, explique Louis Durand, professeur de relations industrielles à l’Université Laurentienne.

« Lors d'une grève, il est normal que les partis opposés ne soient pas d’accord du premier coup. Le fait qu'une deuxième entente de principe soit rejetée est pourtant assez étonnant », dit-il.

Un fossé entre le syndicat et les employés?

Selon lui, il y a manifestement une frustration accumulée par les employés en grève : « selon les dires de certains d’entre eux, ce n’est pas une question d’argent, mais plutôt une question de respect ».

Ce mécontentement quant au travail du syndicat pourrait, selon M. Durand, être un signe de ce qui arrivera dans d’autres entreprises également.

« Ça pourrait arriver de nouveau dans différents secteurs où les employés vont remettre en question la représentation syndicale ou les actions qui sont posées par leur syndicat à l’employeur », souligne-t-il.

Le professeur de relations industrielles estime que le syndicat devra se tourner vers ses membres pour mieux comprendre leurs frustrations et, avec l’aide d’un médiateur, les présenter à la gestion du casino.

Incidence sur le tourisme

Pendant ce temps, la fermeture à long terme du casino inquiète les résidents de la région de Windsor-Essex. Même s’ils sont sympathiques à la cause des employés, certains espèrent que la situation se résoudra bientôt.

C’est le cas de Kim Thibert, qui va jouer au casino une ou deux fois par mois.

Pour Gordon Orr, directeur général du bureau du tourisme de Windsor-Essex, le refus de ratifier l’entente de principe est regrettable.

« Le casino Caesars de Windsor est notre principale attraction touristique. Quand il n’est pas ouvert, ça affecte la décision des gens de venir à Windsor », explique-t-il.

M. Orr admet que les hôtels environnants ont profité de cette grève et ont noté une hausse de la fréquentation, mais certains lieux touristiques de la région ont pâti de l'annulation des spectacles.

Malgré tout, il ne doute pas que l’administration du casino s’assurera de dérouler le tapis rouge pour accueillir ses clients une fois qu'il rouvrira ses portes.

Les employés du casino sont en grève depuis le 6 avril.