Retour

Hausse du nombre de vols et de passagers à l’aéroport de Québec

L'Aéroport international Jean-Lesage a accueilli un nombre record de 1 670 880 passagers en 2017, et ce, malgré la fermeture prolongée de la piste d'atterrissage principale et la réduction du nombre de vols directs entre Québec et certaines grandes villes américaines.

Un texte de Louis Gagné

La direction de l’aéroport a publié jeudi ses résultats pour l’année 2017 dans le cadre de la tenue de son assemblée publique annuelle.

L’organisation rapporte une augmentation du trafic passager de 3,4 % ainsi qu’une hausse du nombre de vols hebdomadaires, qui est passé de 350 à 420.

Les administrateurs de l’aéroport affirment que ces résultats sont « d’autant plus impressionnants » que la piste d’atterrissage principale a été fermée pendant 80 jours l’été dernier en raison de travaux de réfection.

L’année 2017 a notamment été marquée par l’ouverture, en décembre, de la nouvelle aérogare internationale. Les travaux de la phase deux, qui consistent à réaménager l’ancien secteur international, ont démarré en janvier dernier.Aéroport de Québec inc., la corporation privée qui gère l’aéroport international Jean-Lesage, a rapporté un bénéfice net de 8,3 millions de dollars en 2017.

Appels à du financement

L'Aéroport de Québec demande aux gouvernements fédéral et provincial d'investir conjointement 75 millions de dollars pour la construction et les équipements d'un futur centre de prédédouanement américain.

La direction de l'aéroport s'engage de son côté à débourser les coûts d'opération, soit essentiellement à payer les salaires des douaniers américains.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, ne ferme pas complètement la porte à l'idée d'apporter une aide financière. Il affirme toutefois que l'aéroport devra envisager de débourser davantage.

« Je comprends que ç'a l'air difficile pour l'aéroport. On va bien vouloir regarder ça, ceci dit, je n'ai aucun projet devant moi. On ne soit pas de notre chapeau des dizaines de millions de dollars dans un budget du jour au lendemain parce que quelqu'un en a parlé », a déclaré le premier ministre, lors d'un point de presse, jeudi.